Petit à petit, les prototypes autonomes ressemblent de plus en plus à des voitures. La preuve avec cette nouvelle plateforme de développement imaginée par Toyota.

Durant le CES 2018, Toyota partagera ses avancées sur la conduite autonome. Il présentera notamment un nouveau prototype équipant une Lexus LS 600hL d’une batterie de radars et capteurs qui lui permet de rouler sans chauffeur. Cette plateforme de développement, sobrement baptisée Platform 3.0, se distingue par un look un peu plus passe-partout, les dispositifs technologiques se fondant plus élégamment sur le toit de la voiture grâce à une intégration bien mieux pensée. Une vraie avancée esthétique pour ce qui constitue un enjeu au sein de l’unité de R&D de Toyota. Surtout en regardant une nouvelle fois des images de la Platform 2.1, reconnaissable avec ses capteurs qui sortent de partout.

Une voiture autonome qui ressemble moins à une voiture autonome

Pour parvenir à un tel résultat, Toyota Research Institute a fait appel au studio de design interne de Calty Design Research situé à Ann Arbor. Les ingénieurs ont apporté leurs contributions en imaginant un panneau résistant aux intempéries et à la température, tout en optimisant l’espace disponible dans le compartiment du toit ouvrant pour minimiser la hauteur totale des appendices technologiques.

Ils sont par exemple parvenus à éliminer les éléments les plus disgracieux afin d’accoucher d’un prototype plus agréable à l’œil sans négliger sa fonction première (qui reste de rouler tout seul avec un maximum de précision, de performance et de sécurité). De toute évidence, on se rapproche petit à petit d’une voiture dans laquelle on a envie de s’installer, même s’il y a encore du travail.

Au-delà des apparences, cette voiture autonome de Toyota améliore surtout son champ de vision par rapport à la précédente mouture. Avec ses quatre capteurs LIDAR fabriqués par Luminar, elle est en mesure de voir tout ce qui l’entoure dans un rayon pouvant grimper jusqu’à 200 mètres. Avec un tel argument, le constructeur japonais n’a pas peur d’affirmer qu’il s’agit «  de l’un des véhicules autonomes de test avec la plus grande perception sur la route  ».

Partager sur les réseaux sociaux