Tesla pourrait cacher les mini réacteurs de fusée du Roadster derrière la plaque d'immatriculation.

Si on pouvait penser que l’idée d’installer des petits réacteurs de fusée sur une voiture s’apparente au fantasme d’un milliardaire capricieux, elle est prise très au sérieux par Tesla. Pour faire avancer son Roadster plus vite, le constructeur proposera une option SpaceX. Où sera-t-elle installée ? Derrière la plaque d’immatriculation selon un tweet d’Elon Musk publié le 13 juillet 2019.

«  Le pack SpaceX sera subtil. Caché derrière la plaque d’immatriculation », s’est contenté de préciser Elon Musk. Difficile, dès lors, de ne pas voir cette version du Roadster comme la voiture d’un super-espion prêt à appuyer sur un bouton pour calmer tout le monde sur l’autoroute (gare aux radars). Même James Bond n’a jamais eu une Aston Martin aussi classe. 

James Bond est jaloux

Si Elon Musk dit vrai, cela sous-entend que cette option hors norme ne se verra pas de l’extérieur — sauf quand les mini réacteurs seront activés. On n’en dira pas autant de l’habitacle : pour installer le dispositif, les ingénieurs vont devoir sacrifier les sièges situés à l’arrière et sans doute le coffre (qui devrait être un argument fort de la supercar électrique).

On rappelle que le Roadster de base ne sera pas capable d’abattre le 0 à 96 km/h — et donc le 0 à 100 km/h — en moins de 2 secondes. Il mettra finalement 2,1 secondes pour atteindre cette vitesse. Celles et ceux qui veulent aller le plus vite possible en étant scotchés à leur siège devront cocher l’option SpaceX au moment de la commande, sachant qu’on ne connaît pas le prix. Au moins les intéressés seront-ils rassurés d’apprendre que leur voiture ne ressemblera pas à un vaisseau spatial ou à la voiture de Retour vers le Futur…

Partager sur les réseaux sociaux