Le marché des scooters électriques est en progression. Avec des dizaines de modèles disponibles en France, ces « équivalent 50 » tendent à devenir des objets de référence pour le déplacement urbain. En juin 2019, Super Soco Cu-x est clairement au-dessus du lot. Notre essai.

Quand on a aperçu le Super Soco Cu-x, on ne peut pas dire que c’était l’amour au premier regard. Le scooter électrique phare de la marque, en rouge, a des faux airs de jouet et ne surfe clairement pas sur la trend rétrochic qui permet d’avoir l’air cool dans le 3e arrondissement de Paris. Ce n’est pas moche, mais en rouge, c’est tape-à-l’œil pour pas grand-chose niveau design.

Et pourtant, ce premier contact visuel est un piège : il cache une petite merveille de scooter électrique.

Scooter électrique Super Soco Cu-x // Source : Julien Cadot pour Numerama

Design et fonctionnalités

Le Super Soco Cu-x impressionne d’emblée par sa facilité de prise en main. Cela ne devrait pas être un point positif, mais nous avons vu passer tellement d’inepties sur les modèles venant de Chine que voir un scooter où tout est logique nous ravit. On met la clef, on tourne à droite pour allumer le scooter et c’est tout. Trouver la batterie amovible ? Un coup sur la gauche ouvre le coffre. Enlever la batterie ? Un seul câble hyper simple à débrancher, avec un gros port et un fusible — elle n’est même pas démesurément lourde ou encombrante avec le poids bien réparti en largeur. Il y a même un compartiment pour le chargeur (ou tout autre objet de taille comparable à trimballer). Bref, en une minute, sans la moindre explication, on a tout compris.

Quand on commence à regarder le guidon, on s’aperçoit que la philosophie est la même : tout est simple et compréhensible. Les clignotants ne font pas un bruit assourdissant, le scooter ne bipe pas toutes les trente secondes pour rappeler qu’il existe et toutes les commandes sont idéalement positionnées : elles tombent sous le pouce, quelle que soit la taille de la main. On remarque rapidement où Super Soco se démarque de la concurrence : un bouton caméra vient gérer l’option dashcam (plébiscitée par les Chinois à cause des arnaques à l’assurance, moins par les Européens), un autre permet d’activer les warnings, un troisième active le régulateur de vitesse.

Un dernier bouton permet de régler l’affichage sur le grand écran central, qui fait plaisir à voir. Il indique l’heure, mais aussi le kilométrage restant, la vitesse, la charge de la batterie ou encore, le trajet parcouru — il est possible de remettre cela à zéro pour évaluer avec précision l’autonomie de la batterie. On se sent clairement en possession d’un objet complet, qui aura plusieurs fonctionnalités pour nous faciliter la vie, quelle que soit la situation urbaine dans laquelle on se trouve.

À gauche, phares, klaxon, clignotants et régulateur // Source : Julien Cadot pour Numerama
À droite, warnings, arrêt du circuit, modes de conduite et réglages de l’écran // Source : Julien Cadot pour Numerama

Les finitions du scooter sont à la hauteur de ses équipements. La selle est au bon niveau pour avoir les pieds bien en place et bien guider la machine, les poignées de frein ne sont ni trop molles ni trop dures et le plastique qui compose la carrosserie semble résistant. L’éclairage n’est pas en reste avec un gros phare à l’avant et une composition en rectangle à l’arrière : c’est clair que le Super Soco Cu-x a été pensé pour être vu de loin.

Un sans faute ? Soyons perfectionnistes : le module Bluetooth intégré doit être configuré chez le concessionnaire de Super Soco pour s’appairer avec l’application sur votre smartphone. Il se trouve sous la carrosserie démontable, à l’avant. Pas hyper flexible, même si ce n’est pas une opération que vous ferez tous les jours.

Place à la route.

Béquille // Source : Julien Cadot pour Numerama
Éclairage arrière // Source : Julien Cadot pour Numerama
Le grand écran // Source : Julien Cadot pour Numerama

La perfection silencieuse

Car c’est bien à l’usage que le Super Soco Cu-x devient un coup de cœur instantané. C’est bien simple : tout est bien pensé. Après un peu plus de 200 km sur le scooter pour cet essai, sur des trajets quotidiens boulot / maison et des déplacements loisir, il a été difficile de nous en séparer.

Le Cu-x propose trois modes de conduite, qui ont été finement ajustés. Le premier limite le scooter à une vingtaine de kilomètres par heure et est idéal pour faire des manœuvres, sortir d’une place de parking ou finir un trajet. L’accélération est douce et permettra aux débutants et débutantes de se familiariser avec l’appareil. Le mode 2 est celui que nous avons le plus utilisé : il délivre la pleine puissance du moteur du Cu-x et permet une accélération extrêmement confortable jusqu’à 45 km/h.

Scooter électrique Super Soco Cu-x dans son environnement naturel // Source : Julien Cadot pour Numerama

Face à des grosses cylindrées et des scooters de ville, nous partions toujours premiers. Ce qui peut passer pour un plaisir est aussi un avantage côté sécurité : démarrer avant tout le monde, c’est s’assurer en scooter qu’il n’y aura pas d’accrochage avec d’autres deux roues ou des voitures. La conduite étant saccadée et dynamique dans les villes, on apprécie énormément cette puissance qui nous permet de doubler la plupart des véhicules sans prendre de risque.

Le mode 3 plafonne le scooter à 50 km/h, qu’il atteint très rapidement, avec une accélération un peu plus sportive. Idéal pour se faire plaisir quand les rues sont vides ou pour gravir les côtes, qu’il passe sans le moindre effort — mon trajet vers Montreuil est particulièrement en pente. Cette puissance sous le capot, on la doit au fait que la limite à 50 km/h est là uniquement pour se conformer à la loi française : c’est le deal pour vendre un équivalent 50 cc qui peut rouler sur route.

En revanche, libre au client de débrider le scooter, qui ne l’est que logiciellement, pour l’utiliser sur des voies privées ou des circuits : nous avons testé des pointes à près de 70 km/h. Cela signifie qu’en réalité, le Super Soco Cu-x est surdimensionné pour ses 50 km/h et même sans le débrider, on profite de cette puissance supplémentaire dans les situations difficiles pour des moteurs moins puissants.

Compartiment rangement // Source : Julien Cadot pour Numerama

Agile, fin et ultra maniable, le Cu-x ne déçoit pas non plus côté freinage. Nous avons eu l’occasion de le tester sur route mouillée et l’équilibre entre les deux freins est excellent. À gauche, on fait confiance pour le ralentissement classique : il assure une répartition de la puissance de freinage sur les deux roues et évite de glisser. Les deux mains ensemble, on assure un arrêt ferme du scooter — sur terrain glissant, à maîtriser avec prudence pour éviter le dérapage. Dans l’ensemble, on ne s’est jamais fait peur.

L’autonomie annoncée par Super Soco est entre 75 et 80 km. Ce chiffre peut être atteint sur de l’urbain plat en mode 2 (qui est déjà confortable pour conduire). En augmentant la puissance (mode 3) et en gravissant pas mal de côtes, nous tombons à 60 km environ. C’est confortable pour l’usage : on recharge la batterie une fois tous les 2 à 3 jours, au bureau ou à la maison et on ne pense jamais à la panne d’électricité.

À 2 700 € (site officiel) avant les aides publiques à la mobilité propre, des accessoires en option et un modèle reposant sur un réseau de concessionnaires et une boutique parisienne qui fait office de garage, difficile de conseiller meilleur scooter.

La caméra à l’avant // Source : Julien Cadot pour Numerama

En bref

Super Soco Cu-x

Note indicative : 5/5

C'est la première fois que nous testons un scooter électrique qui ne présente aucun inconvénient majeur. Puissant, maniable, robuste, léger, intuitif, sécurisé et complet au niveau des fonctions, le tout sous la barre des 3 000 €, le Super Soco Cu-X prend aisément une longueur d'avance sur la concurrence.

Et comme il n'a aucun cachet, disons que vous ne vous le ferez pas voler.

Top

  • La conduite incroyable
  • L'accélération parfaite
  • Finitions et ergonomie

Bof

  • Le look brut
  • La connexion à l'app
  • Le régulateur un peu gadget

Notre dernier essai en vidéo

Partager sur les réseaux sociaux