Tesla a visiblement besoin de quelques centaines de cobayes en plus pour tester sa nouvelle puce de conduite autonome.

Le repos n’existe pas chez Tesla, même pendant la période des fêtes de fin d’année. Dans un mail interne récupéré par nos confrères d’Electrek le 27 décembre 2018, on peut lire qu’Elon Musk demande à ses employés de se porter volontaires pour participer au programme permettant de développer l’Autopilote.

Tesla a visiblement besoin de quelques centaines de cobayes en plus pour tester la nouvelle puce, baptisée Hardware 3 et décrite comme l’ordinateur le plus avancé du monde en matière de conduite autonome. « Elle a 1 000 % de capacité en plus par rapport à Hardware 2 », souligne Elon Musk, jamais avare en superlatifs. 

Tesla Model 3 // Source : Tesla

Un pack conduite autonome offert aux participants

Les participants seront logiquement chargés de tester certaines fonctionnalités en avance et de fournir un maximum de retours pour que les ingénieurs puissent avancer dans la bonne direction. À ce titre, on rappelle qu’Elon Musk conduit une Model S très spéciale, animée par un Autopilote déjà bien plus avancé que la version disponible pour les propriétaires lambdas.

Que recevront les salariés de Tesla en échange ? L’option de conduite 100 % autonome, qui a été jugée trop confuse et retirée du catalogue. Cela reste une compensation étrange, sachant que le futur de cette technologie reste assez incertain à cause d’un cadre législatif complexe à mettre en place.

Le Hardware 3 devrait entrer en production durant le premier semestre de l’année 2019. Il remplacera le processeur actuellement installé dans les nouvelles voitures assemblées. Les anciens propriétaires qui ont pris le pack de conduite 100 % autonome pourront également demander son installation — sans rien payer.

Crédit photo de la une : Tesla

Partager sur les réseaux sociaux