La Model S d'Elon Musk serait équipée d'une version très agressive de l'Autopilote. Le but ? Faire remonter les soucis aux équipes techniques.

On peut reprocher énormément de choses à Elon Musk, qui, en public, semble tout faire pour jouer la carte de la provocation. En revanche, on ne pourra pas l’attaquer sur son implication au sein de Tesla. C’est ce qui ressort d’une longue étude signée The Information et publiée le 5 novembre 2018. On y découvre par exemple que la Model S du milliardaire est équipée d’un firmware qui lui permet de déceler les bugs de l’Autopilote.

La contribution personnelle d’Elon Musk dans le développement de l’Autopilote est telle qu’il n’aurait pas peur de prendre des risques. Il vivrait même « des situations dans lesquelles personne d’autre ne voudrait être » selon un ex-employé interrogé par nos confrères.

Elon Musk // Source : Wikimedia/JD Lasica

Musk joue les cobayes

Elon Musk serait donc le premier cobaye des avancées de l’Autopilote. Un statut qu’il devrait à sa Model S décrite comme un «  véhicule d’ingénieur. » Elle lui permettrait de jouer grandement sur les paramètres et de rouler avec un Autopilote beaucoup plus agressif que les versions mises à dispositions des conducteurs. Plus concrètement, l’intelligence artificielle n’hésiterait pas à réduire la distance de sécurité avec les autres voitures ou à changer brusquement de voie.

The Informations souligne : « Les membres de l’équipe Autopilote [200 personnes au total] testent aussi des nouvelles versions du logiciel durant leurs trajets, mais pas dans les mêmes proportions qu’Elon Musk. » 

Comme Elon Musk n’hésiterait pas à s’exposer lorsqu’il active l’Autopilote, il est capable de faire remonter les problèmes les plus importants à corriger et de suggérer des évolutions à prioriser. Il lui arriverait même de le faire pendant une réunion téléphonique alors qu’il roule dans sa Model S avec l’aide à la conduite activée. Voilà sans doute une autre preuve que, derrière les déclarations grandiloquentes, Elon Musk fait ce qu’il faut pour que Tesla avance dans la bonne direction. Des sacrifices qui lui avaient fait dire en août dernier : « Pour moi, le pire est à venir. »

Partager sur les réseaux sociaux