La RATP, qui expérimente les navettes et les bus autonomes depuis 2017, souhaite en déployer sur certaines lignes en 2019.

L’automobile est loin d’être le seul moyen de locomotion qui profitera de la conduite autonome. Des transports comme les camions et les bus vont aussi bénéficier de cette technologie. Il existe d’ailleurs des expérimentations en France et dans le reste du monde pour évaluer le comportement de chaque système de bord lorsqu’il évolue sur la voie publique.

Cette tendance n’a pas échappé à la RATP, du haut de son réseau d’autobus composé de plusieurs centaines de lignes, comme l’a rapporté le Parisien le 19 octobre 2018. En 2019, la Régie souhaite faire rouler sur la ligne 393 dans le Val-de-Marne (94) des bus semi-autonomes, avec des passagers à bord, sous l’œil d’un opérateur, prêt à reprendre la main si nécessaire ou pour renseigner le public. Cette mise en circulation sera très maîtrisée, car la ligne 393 dispose de sa propre voie, de sorte que les bus ne se mêlent pas à la circulation classique.

Flickr/CC/Alexandre Gallier

Des lignes déployées en 2019

La capitale française devrait aussi voir circuler des navettes autonomes, indique RTL. Des engins devraient donc rouler dès l’an prochain à Paris, dans le treizième arrondissement : il ne s’agira pas de grands autobus mais de navettes plus réduites. Dans les deux cas, la RATP cherche à s’assurer de « maîtriser les performances du véhicule autonome » avant d’aller plus loin.

La Régie autonome des transports parisiens teste depuis début 2017 des navettes capables de suivre un trajet précis, sans le concours d’un conducteur ou d’une conductrice (bien qu’il y a évidemment quelqu’un derrière le volant, pour des raisons de sécurité).

Ces bus d’un genre un peu particulier ont été testés sur le pont Charles de Gaulle à Paris, deux mois durant, mais aussi dans le bois de Vincennes pendant six mois, à Boulogne-sur-Mer sur un peu plus de quatre semaines et au CEA Paris-Saclay pendant pratiquement deux mois. Mais maintenant, la RATP souhaite passer à l’étape d’après, avec la mise en service de bus autonomes sur des lignes commerciales.

Avec les transports semi-autonomes, les transports publics pourraient connaître un important bouleversement, en répondant à des demandes de mobilités qui ne sont pas satisfaites aujourd’hui : ces navettes pourraient se déployer dans des territoires faiblement peuplés ou bien redessiner les lignes, en ajoutant des points d’étape, ou en proposant de nouveaux arrêts, selon les besoins des voyageurs.

Partager sur les réseaux sociaux