Un accident mortel impliquant un Model Y en Chine a relancé la polémique autour de la sécurité des Tesla. Défaillance humaine ou matérielle, l’enquête est en cours. Attention à ne pas sauter sur des conclusions trop hâtives.  

Des accidents impliquant des Tesla, ayant perdu le contrôle, apparaissent régulièrement sur les réseaux sociaux et relancent systématiquement les inquiétudes sur la sécurité des modèles du constructeur américain. Le dernier accident de ce type a eu lieu à Chaozhou en Chine, le 5 novembre 2022. L’issue a malheureusement été fatale pour 2 personnes et 3 autres ont été blessées, selon le dernier bilan. Derrière des images impressionnantes et dramatiques se pose toujours la même question : erreur humaine ou problème mécanique/électronique de Tesla ?

À force de répétition, la question semble de plus en plus légitime. Attention à l’effet loupe de tous les événements autour des Tesla qui sont fortement relayés.

Que savons-nous de l’accident de Chaozhou ?

Les vidéos de l’accident sont d’abord apparues sur le réseau WeChat avant d’être partagées sur Twitter et les autres médias sociaux. Ils ont rapidement fait la une en Chine. La vidéo qui circule le plus activement présente un montage de différentes caméras de vidéosurveillance. On y voit une Tesla Model Y commencer à se stationner avant de repartir sur la route en faisant des embardées pour éviter d’autres véhicules. Le Model Y est ensuite aperçu à des vitesses importantes en ville, où le véhicule hors de contrôle va percuter plusieurs deux-roues, puis d’autres engins, avant d’aller s’encastrer dans un bâtiment.

Selon les premiers témoignages recueillis par les médias locaux, le frein ne fonctionnait pas et la voiture s’est mise à accélérer sans qu’il soit possible au conducteur de ralentir le véhicule pour l’immobiliser. Cet incident n’est pas sans rappeler l’accident du taxi Tesla à Paris, qui avait forcé la compagnie de taxis G7 à immobiliser sa flotte le temps de procéder à des vérifications.

D’autres faits du même type se sont reproduits aux États-Unis et dans d’autres pays du monde. Heureusement, beaucoup ne sont pas aussi dramatiques que celui de Chaozhou.

Pour Tesla, il n’y a pas de défaillances constatées sur ces accidents

Tesla, ayant accès à distance à toutes les données de ses véhicules, s’est, comme à chaque fois, rapidement penché sur l’accident. La marque atteste qu’il n’y a pas eu de défaillances avérées du système et que les données enregistrées correspondent aux images des vidéos.

Le constructeur se tient à la disposition de la police pour l’enquête menée sur l’accident. La police chinoise cherche actuellement un organisme tiers pour vérifier mécaniquement le véhicule et les données enregistrées par le Model Y avant l’accident.

Le fait que ces incidents se multiplient pourrait laisser penser que Tesla rencontre un problème technique ou logiciel que le constructeur tente de cacher. Plusieurs enquêtes sont en cours pour déterminer si le constructeur a une responsabilité dans divers accidents ayant fait des blessés. Pour plusieurs de ces incidents, il a été révélé que l’erreur était d’origine humaine, même si les conducteurs attestaient une défaillance des freins ou de l’autopilot pour se dédouaner et exiger des remboursements.

Si l’électronique est omniprésente dans les véhicules de la marque, le frein mécanique surpasse normalement toutes les actions logicielles. Les mises à jour ont renforcé cela, un freinage d’urgence est même disponible. Encore faut-il savoir utiliser son véhicule. Des incidents, comme celui de l’ouverture des portières manuelles en cas de problème critique cet été, ont tendance à montrer que les conducteurs ne connaissent pas toutes les fonctionnalités de leur véhicule.

De la prudence face à ces vidéos

Il est très facile de manipuler l’opinion générale avec quelques faits divers répétés, repris par le clan des « anti-tesla » ou des « anti-VE » comme des preuves de la dangerosité de ces véhicules électriques. En plus, Tesla focalise rapidement l’attention : il faut dire qu’Elon Musk est autant le meilleur que le pire ambassadeur de la marque sur ce point.

Si le risque zéro n’existe pas quant à un problème mécanique, électronique, logiciel ou même un piratage à distance, il faut se montrer prudent face à ces accidents et aux conclusions hâtives que l’on peut rapidement en tirer sur les réseaux sociaux. Tesla a déjà eu à s’exprimer sur ce type d’accélérations involontaires, dont les rumeurs étaient largement relayées par des spéculateurs boursiers malintentionnés.