À l’occasion de la présentation des résultats financiers de Tesla, Elon Musk a prédit que la valorisation de son entreprise dépassera celle d’Apple et de Saudi Aramco réunis d’ici à la fin de la décennie. Dans le passé, il avait vu juste sur le potentiel de Tesla.

Tesla va bien. Avec un chiffre d’affaires de 18,7 milliards de dollars (+55 % sur un an) et un bénéfice de 5,2 milliards de dollars (+42 %) lors du troisième trimestre de l’année 2022, le constructeur donne l’impression de vivre dans une réalité parallèle. Ses derniers résultats financiers, publiés le 19 octobre, témoignent justement de la situation hors norme de l’entreprise. Pendant que l’industrie automobile patine, Tesla continue de s’envoler et de battre des records. Certes, les analystes espéraient une marge encore plus élevée (d’où la probable baisse de l’action à l’ouverture), mais Tesla semble toujours avoir un boulevard devant lui.

Tesla n'a jamais livré autant de voitures qu'au Q3 2022, et son compte en banque n'a jamais été aussi gros. // Source : Tesla
Tesla n’a jamais livré autant de voitures qu’au troisième trimestre 2022, et son compte en banque n’a jamais été aussi gros. // Source : Tesla

Elon Musk prédit un avenir radieux pour Tesla

Dans les résultats financiers de Tesla, on trouve beaucoup d’informations. La marque indique, par exemple, avoir 2 % de parts de marché en Europe et plus de 3 % aux États-Unis (c’est immense pour une entreprise relativement jeune), annonce avoir produit 365 923 voitures en un trimestre pour 343 830 livraisons (94,6 % d’entre elles sont des Model 3 et des Model Y) et dit avoir recruté plein d’ingénieurs grâce à son AI Day, durant lequel le robot Tesla Optimus a été présenté. Tesla indique aussi que 160 000 conducteurs en Amérique du Nord ont actuellement accès à la bêta de son « Full Self Driving » (conduite autonome), avant une ouverture plus large dans les prochaines semaines.

Tesla Semi  // Source : Tesla
Les premières Tesla Semi seront livrées en décembre. // Source : Tesla

Tesla = Apple + Saudi Aramco ?

Elon Musk oblige, la présentation des résultats financiers de Tesla a aussi été l’occasion d’écouter quelques petites prédictions intéressantes. Le milliardaire a notamment évoqué le rachat de Twitter, qui parait toujours bien parti pour se faire, et a surtout fait parler de lui en pariant sur la future valorisation de Tesla.

Selon lui, d’ici à 2030, Tesla vaudra autant qu’Apple et que le géant pétrolier Saudi Aramco réunis. Sur quelle échelle se base-t-il ? Difficile de le dire. Au moment de l’écriture de ces lignes, Apple vaut 2 300 milliards de dollars et Saudi Aramco en vaut 2 101. Tesla vaudra-t-il 4 400 milliards dans 8 ans ? Ou Elon Musk base-t-il son calcul sur une chute des autres ? Rien n’a été précisé. Aujourd’hui, Tesla vaut 695 milliards. Mais l’entreprise avait atteint les 1 200 milliards il y a quelques mois.

Quoi qu’il en soit, il est difficile de voir dans cette prédiction un coup de folie irréalisable. Comme l’ont fait remarquer plusieurs personnes sur Twitter (ici un investisseur de Tesla, donc pas la source la plus neutre), Elon Musk avait eu juste dans le passé sur ces prédictions économiques. Il pariait sur une valorisation de 700 milliards de dollars en 2025, Tesla l’a atteint dès 2020. Ses anticipations sur les productions de véhicules ont aussi été bonnes, alors que beaucoup pensaient que Tesla n’y arriverait jamais.

Bien sûr, quand on dit « Elon Musk » et « prédiction » dans la même phrase, on a forcément en tête les très nombreuses fois où Elon Musk a annoncé des choses qui ne sont pas arrivées (comme le départ d’un homme sur Mars par exemple). Elon Musk ironise sur ce phénomène en réponse au tweet cité plus haut :

« Les médias rapportent en grande fanfare mes prédictions tardives, mais rarement de celles qui sont précoces. »

Elon Musk

Tesla peut-il y arriver ? Par son positionnement sur le marché des véhicules électriques, qui n’a aucune raison de ralentir dans les prochaines années, on a envie de dire que oui. Si l’entreprise réussit à maintenir ce rythme, à améliorer sa qualité, à être pionnière sur la conduite autonome et à lancer un véhicule moins cher pour le marché européen, comme elle le prévoit depuis plusieurs années, alors Tesla a toutes les raisons d’espérer devenir la première entreprise de la planète. Mais d’ici là, à quel niveau sera monté Apple ?


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !