La ville de Paris envisage d’en finir avec les trottinettes en location (freefloating), parce qu’elles posent de problèmes. À moins d’un sursaut des opérateurs.

Les trottinettes électriques en libre-service sont à un tournant. D’ici à quelques mois, elles pourraient être exclues de la ville de Paris, en raison des problèmes qu’elles occasionnent. David Belliard, maire adjoint en charge des mobilités, a prévenu les opérateurs de ces engins : ils doivent réagir très vite s’ils veulent conserver leurs activités dans la capitale.

Trottinettes Dott // Source : Léopold Maçon
Des trottinettes Dott en libre-service dans Paris. // Source : Léopold Maçon

Décision sur l’exclusion des trottinettes en freefloating en octobre

Une réunion a eu lieu fin septembre entre les responsables de la mairie, dont David Belliard et Emmanuel Grégoire, premier adjoint en charge de l’urbanisme, et les sociétés ayant déployé des trottinettes en « freefloating » à Paris. Le constat fait par David Belliard sur Twitter le 29 septembre, après cet échange, est sévère, avec une liste de tous les reproches faits à ces engins :

« Le compte n’y est pas : trottinettes garées n’importe où, incertitude sur le bilan environnemental, accidents, report modal peu intéressant, non-respect du code de la route… », écrit-il. Les opérateurs ont quelques semaines pour corriger le tir, sinon ce sera la fin du freefloating des trottinettes à Paris. La décision doit être prise au plus tard à la fin du mois d’octobre. Le contrat avec ces opérateurs doit en théorie être renouvelé au début de l’année 2023.

Si l’exclusion des opérateurs de trottinettes en location est actée, cela n’entrainera pas d’incidence sur les trottinettes privées, électriques ou non. Celles-ci pourront toujours être utilisées pour se déplacer, tant que le code de la route est respecté. Ces engins sont généralement rangés au domicile, ce qui ne pose pas de souci de stationnement sur les trottoirs ou sur la chaussée.

Un an auparavant, la ville de Paris avait déjà pris une décision de régulation, en poussant les opérateurs — comme Line, Dott et Tier — de fixer une vitesse de circulation maximale de 10 km/h dans de nombreux lieux parisiens, en particulier les zones très denses. Les sociétés de trottinettes électriques en location appliquent cette consigne dans plus de 700 endroits. Ce ralentissement avait été décidé à la suite des accidents de la circulation, dont une collision mortelle avec une piétonne, heurtée par une personne sur une trottinette.