Deux ans après le précédent iPhone SE, Apple met à jour son smartphone le moins cher avec un nombre de nouveautés très limité, dont un prix en hausse de 40 euros. Sa puce A15 Bionic, qui apporte la 5G, compense-t-elle l’absence de changements esthétiques ? Nous l’avons testé.

L’iPhone SE porte-t-il mal son nom ? Introduit en 2016 sous la forme d’un iPhone 5s boosté, le smartphone, dont les initiales signifient « Special Edition », n’a pas grand-chose de « spécial » aujourd’hui. Pour Apple, il s’agit d’une porte d’entrée vers son écosystème. L’iPhone SE se destine autant aux personnes qui n’ont jamais eu d’iPhone qu’à celles et ceux qui utilisent actuellement un vieux modèle, qu’il serait temps de changer. Ce smartphone a pour principal objectif d’offrir une alternative à la concurrence sous Android autour des 500 euros, mais doit réussir à conserver un écart suffisamment élevé avec les autres iPhone pour ne pas leur faire de l’ombre. Un dur exercice d’équilibre, qu’Apple maîtrise parfaitement.

Comme son prédécesseur de 2020, l’iPhone SE de 2022 n’est pas le smartphone le plus sexy. C’est normal, c’est exactement ce qu’Apple recherche. Là où les autres constructeurs misent sur le design, l’autonomie et la photo pour séduire sur le milieu de gamme, Apple fait exactement l’inverse. Peut-on vraiment accepter un look de 2014 en 2022 ? Numerama a testé l’iPhone SE de 3e génération.

Pourquoi choisir l’iPhone SE ?

Premièrement, revenons rapidement sur la cible de l’iPhone SE. Vous vous interrogez peut-être sur ce qui pourrait pousser un individu à opter pour cet appareil plutôt qu’un autre signé Samsung ou Xiaomi. La réponse tient en un mot : iOS. L’iPhone SE, même s’il est moins bien équipé que les iPhone 13 et que d’autres concurrents, peut accéder à l’ensemble de l’écosystème Apple. Il permet à celles et ceux qui veulent une Apple Watch d’en avoir une, aux propriétaires d’AirPods d’exploiter pleinement leurs écouteurs, de payer sa baguette avec Apple Pay (et bientôt de prendre les transports en commun), de transférer des fichiers rapidement avec AirDrop ou de projeter des vidéos ou de la musique grâce à AirPlay. Pour beaucoup, tout cela constitue un avantage majeur. Même s’il y a plus joli, plus doué en photo et plus grand ailleurs, ils préfèreront un produit Apple.

DSC00514
L’iPhone SE à côté de l’iPhone 13 Pro Max. // Source : Louise Audry pour Numerama

Apple est aussi une marque qui rassure, souvent à juste à titre. Aucune autre entreprise ne met à jour ses smartphones aussi longtemps, ce qui peut laisser penser que l’iPhone SE ne sera pas obsolète dans 5 ou 6 ans malgré son prix. La marque a aussi une excellente réputation au niveau du service-client et n’hésite pas à remplacer un produit au premier pépin. Citons aussi ses efforts au niveau de la vie privée, qui placent l’iPhone SE dans une catégorie distincte des Xiaomi ou Samsung sous l’Android de Google.

Enfin, l’iPhone SE présente un autre avantage (au moins pour certains) : il dispose encore d’un bouton home à l’ancienne, avec un capteur d’empreintes Touch ID à l’intérieur. C’est bête, mais certains propriétaires de vieux iPhone ne sont toujours pas prêts à passer au bord à bord et à Face ID (les grands-parents de l’auteur de cet article en sont témoins, mais aussi celles et ceux qui galèrent à déverrouiller leur smartphone depuis deux ans à cause du port du masque). Il leur faudra sûrement le faire à jour, mais, en 2022, Apple leur offre toujours une alternative. Bien sûr, ces choix esthétiques apportent aussi des contre-parties regrettables.

DSC00527
Le bouton home de 2007 vit-il ses dernières heures de gloire avec l’iPhone SE de 2022 ? // Source : Louise Audry pour Numerama

Jusqu’où Apple peut-il aller avec ce design ?

Justement parlons du design de l’iPhone SE (2022), que les propriétaires d’un iPhone SE (2020), d’un iPhone 8 (2017), d’un iPhone 7 (2016), d’un iPhone 6s (2015) et d’un iPhone 6 (2014) reconnaîtront sans doute. Niveau longévité, c’est quasiment du jamais vu. À part Apple, quelle autre marque pourrait ressortir le même produit pendant 8 ans sans toucher à son design ? Pire, quelle autre marque pourrait le faire sans se mettre ses fans à dos ?

En optant pour ce design, Apple prend le risque de se mettre en décalage total avec le reste du marché. L’écran de 4,7 pouces de l’iPhone SE est à des années lumières de ce que propose l’intégralité de la concurrence, généralement au-dessus des 5,8 pouces, y compris sur ses smartphones compacts. Plus problématique, Apple est un des derniers constructeurs au monde qui utilise encore des dalles LCD, alors que l’OLED est devenu le standard sur smartphone depuis plusieurs années. Dans l’obscurité, l’écran de l’iPhone SE montre immédiatement ses défauts. Ce qui devrait être noir à l’écran semble bleu. À 529 euros, ce n’est pas excusable. Nous aurions aimé voir Apple conserver ce design tout en optant pour une dalle OLED de la même taille. Malheureusement, ce genre de changement intermédiaire n’est pas dans ses habitudes.

DSC00523
Ça ne se voit pas très bien en photo mais les bandes noires en haut et en bas sont bleues. Les grosses bordures réduisent aussi l’affichage. // Source : Louise Audry pour Numerama

Autre preuve que ce design n’a plus trop sa place en 2022 : l’iPhone 13 mini, avec son écran de 5,5 pouces, est plus petit que l’iPhone SE (7 mm de hauteur en moins, 3 mm de largeur). Même si l’iPhone SE est un smartphone extrêmement agréable à manier et qu’il dégage une vraie impression de haut de gamme (notamment grâce à son verre Ceramic Shield, très résistant), il nous semble qu’Apple pourrait faire plus d’efforts au-dessus des 500 euros. Espérons que le prochain SE enterrera définitivement ce vieux design.

A15 Bionic et 5G, un bon pari ?

La principale nouveauté de l’iPhone SE par rapport à son prédécesseur est son changement de puce. Dites adieu à l’A13 Bionic de l’iPhone 11, le petit SE utilise maintenant le surpuissant A15 Bionic de l’iPhone 13. Au niveau des performances, il ridiculise logiquement la concurrence. Tout s’exécute très rapidement sur ce smartphone, y compris des jeux gourmands en ressources comme Oceanhorn 2 (disponible dans Apple Arcade, autre atout de l’écosystème Apple). Celles et ceux habitués à la fluidité d’un iPhone 13 Pro constateront forcément que le SE est plus lent mais, soyons honnêtes, il n’y a aucune raison de voir un utilisateur d’iPhone 13 Pro passer à l’iPhone SE. Apple réussit donc son pari, même si on peut se demander si la personne qui opte pour cet appareil, vraisemblablement pas un fan de nouvelles technologies, verra vraiment la différence entre l’A13 et l’A15. Était-ce vraiment le point à améliorer en premier ?

Pourquoi Apple a-t-il décidé de renouveler son iPhone le moins cher dans ce cas ? Tout simplement parce que l’A15, contrairement à l’A13, offre une compatibilité 5G. S’il semble évident que le public de l’iPhone SE n’est pas celui qui réalise des tests de débit tous les jours, on peut imaginer qu’Apple réponde à une exigence des opérateurs en mettant à jour son produit emblématique. Orange, SFR, Bouygues et Free doivent sûrement se réjouir d’avoir un iPhone à 500 euros capable de promouvoir leurs offres 5G. Cela fait les affaires d’Apple, qui va étendre ses parts de marché facilement, sans s’être trop embêté avec son nouvel iPhone. Les utilisateurs, eux, n’y verront probablement pas d’avantages avant plusieurs années.

DSC00515
Le logo 5G fait son apparition pour la première fois sur les iPhone à l’ancien design. // Source : Louise Audry pour Numerama

Une autonomie franchement moyenne

L’A15 Bionic, gravé en 5 nanomètres (contre 7 nanomètres pour l’A13 Bionic), est aussi une puce plus efficace énergiquement. Pour des tâches similaires, elle consomme moins. Cela tombe bien, l’iPhone SE est un smartphone réputé pour sa mauvaise autonomie. Comme tous les iPhone avant la génération 11 — moment où Apple a soudainement pris la tête du classement des smartphones les plus endurants — il a toujours eu du mal à tenir la journée.

Malgré ce changement (et l’utilisation possible d’une plus grosse batterie, même si on ne comprend pas pourquoi le nouvel iPhone SE perd 4 grammes par rapport à son prédécesseur), Apple ne réussit pas à faire de miracles. Avec notre grosse utilisation, nous n’avons pas une seule fois réussi à terminer la journée. Vers 16 heures, l’alerte « 10 % restants » apparaît, là où un iPhone 13 Pro nous a habitués à être au-dessus des 50 %. C’est sans doute le défaut principal de l’iPhone SE, en plus de son design vieillissant. C’est un smartphone conçu pour celles et ceux qui ont de petits besoins.

DSC00519
L’iPhone SE est puissant, mais pas endurant. // Source : Louise Audry pour Numerama

L’appareil photo montre ses limites

En photo aussi, le recyclage d’Apple montre ses limites. Malgré des améliorations logicielles notables (Deep Fusion qui prend plusieurs photos en avance pour améliorer le rendu final, Smart HDR 4, styles photographiques…), le vieux capteur de 12 Mpix de l’iPhone SE (f/1.8) ne fait pas de miracles. C’est beaucoup mieux que ce que faisait l’iPhone 8 à l’époque, mais tellement inférieur à ce que font les autres iPhone ou la concurrence, y compris à de plus petit prix. On peut aussi regretter l’absence d’une autre caméra à l’arrière, par exemple destinée à l’ultra grand-angle. L’iPhone SE réalise de belles photos, mais la concurrence est aujourd’hui à son niveau, en plus d’être plus polyvalente. Au moment de la sortie de l’iPhone 8, ce n’était pas le cas.

IMG_0071 iPhone se
Les photos de prises de jour avec l’iPhone SE sont de bonne qualité, même si on remarque des défauts dès que l’on zoome. // Source : Numerama
IMG_0061 iPhone se
Sans second capteur, le mode portrait de l’iPhone SE fonctionne grâce à des algorithmes. De jour, il est bon. La nuit, il a du mal. // Source : Numerama
SE Uno
Exemples nocturnes où l’appareil photo du SE a montré ses limites. // Source : Numerama

Vous le remarquez peut-être sur nos quelques exemples, c’est surtout la nuit que l’iPhone SE faiblit (il n’a d’ailleurs pas de mode nuit dédié). Trop lent, il ne réussit pas à capturer certains mouvements et réalise des photos trop granuleuses. Le reste du temps, il reste très satisfaisant.

iPhone SE ou iPhone 11, un problème de gamme

Enfin, terminons ce test par un élément qui nous étonne dans la gamme d’Apple : l’iPhone 11 est toujours commercialisé. À 589 euros pour une capacité de stockage égale (64 Go), l’iPhone 11 dispose de sérieux arguments pour mettre à mal l’iPhone SE. Écran de 6,1 pouces bord à bord, appareil photo ultra grand-angle, mode nuit en photo, meilleure autonomie, plusieurs couleurs… Même s’il est sorti deux ans plus tôt, et qu’il n’est pas compatible 5G, l’iPhone 11 nous semble un meilleur choix que l’iPhone SE, surtout à 529 euros. (Il y a aussi parfois des remises sur les iPhone mini qui les portent autour des 500 euros).

iPhone SE (2022)iPhone 11 (2019)
Écran4,7 pouces6,1 pouces, bord à bord
Photo12 Mpix12 Mpix + 12 Mpix (ultra grand-angle)
Autonomie15 heures selon Apple17 heures selon Apple
Puce A15 BionicA13 Bionic
Biométrie Touch IDFace ID
ÉtanchéitéIP67IP68
PrixÀ partir de 529 eurosÀ partir de 589 euros

L’iPhone SE de 2020 était un smartphone parfait au vu de son prix, l’iPhone SE de 2022 l’est moins. S’il nous semble très bien pensé par Apple, qui espère sans doute étendre ses parts de marché avec ce produit, il n’est pas forcément le meilleur choix pour les personnes qui veulent découvrir l’iPhone ou remplacer leur vieux appareil.

Le verdict

Paradoxalement, l’iPhone SE est à la fois un excellent smartphone et un mauvais choix pour celui ou celle qui veut changer d’iPhone. Extrêmement puissant, compatible 5G et conçu pour durer longtemps (on peut faire confiance à Apple sur ce point), l’iPhone SE est parfait pour celui ou celle qui veut profiter de l’écosystème Apple (Watch, AirPods, Apple Pay, AirDrop, AirPlay, Music, TV+…) dans son intégralité mais ne veut pas trop dépenser pour un mobile, sans doute parce que ses besoins sont limités.

Cependant, était-il opportun de donner une cinquième vie au design de l’iPhone 6, huit ans après sa première introduction ? Si ce point est subjectif, il s’accompagne d’une autonomie trop limitée par rapport aux autres iPhone. Encore plus dommage, pourquoi augmenter le prix du SE à 529 euros ? À 450 euros, il aurait été difficile de critiquer l’appareil. À un tel prix, l’iPhone SE est concurrencé par les autres iPhone, comme l’iPhone 11 à 589 euros. Espérons que la prochaine génération de SE introduise de plus gros changements.