La Chine a lancé un essai grandeur nature de sa monnaie électronique sur le site des Jeux olympiques, et ambitionne de faire du e-yuan le moyen de paiement le plus utilisé dans le pays. Mais comment fonctionne-t-il ?

Pour ses Jeux olympiques d’hiver, la Chine a vu les choses en grand. En plus des installations impressionnantes et de nombreux gadgets tech (dont une flotte de robots et cet étonnant lit connecté), Beijing a voulu profiter de l’occasion pour mettre en avant une autre nouveauté, le e-yuan.

Le e-yuan est le nom de la monnaie numérique chinoise, également appelée e-CNY. Le projet de numérisation, enclenché en 2014, est enfin arrivé à son terme, et le gouvernement chinois veut désormais le rendre accessible au plus grand nombre. Au point que, sur les différents sites où les épreuves des JO ont lieu, les paiements ne peuvent avoir lieu qu’en liquide, par carte Visa, ou par e-yuan, excluant les deux apps de paiement les plus populaires du pays.

Présentés comme plus rapides et plus efficaces que les moyens de paiement classiques, les projets de monnaies numériques se multiplient dans le monde, notamment dans l’Union européenne. Ces devises sont cependant régulièrement confondues avec les crypto-monnaies, avec lesquelles elles n’ont pourtant rien à voir. On vous explique tout ce qu’il y a à savoir.

Qu’est-ce que le e-yuan ?

Le projet de e-yuan chinois est l’un des plus ambitieux et l’un des plus vieux. Lancé en 2014, le projet est dorénavant presque abouti : les premières phases de tests dans quelques villes choisies ont commencé en 2020, avant de faire un lancement plus fastueux et officiel avec les Jeux olympiques. Et c’est un succès : en janvier, Beijing a annoncé que plus de 261 millions de personnes se servaient de l’app pour payer avec des e-CNY, et que le nombre d’utilisateurs avait presque doublé depuis le mois d’octobre.

Concrètement, le e-yuan est émis par une autorité centrale, la Banque populaire de Chine. Ce n’est donc pas un projet décentralisé, comme le sont les crypto-monnaies. La valeur d’un e-CNY est égale à celle d’un yuan classique, et on peut dire, de manière simpliste, que les e-yuan sont simplement des unités de monnaie réelles converties en unités virtuelles.

Au final, pour les utilisateurs, il n’y aurait pas forcément de grande différence entre les e-yuan et la monnaie classique dans leur utilisation. Les e-yuans peuvent être stockés dans un wallet développé par le gouvernement, mais ils sont également disponibles dans WeChatPay et AliPay, les deux principales app de paiement du pays.

markus-winkler-A-F_TIyWClU-unsplash
Alipay est l’une des apps les plus utilisées en Chine // Source : Markus Winkler / Unsplash

Quelle est la différence avec les paiements par carte ?

La véritable différence se situe au niveau des transactions elles-mêmes. Un document publié en juillet 2021 par la Bank of China explique que les paiements seront plus sécurisés, grâce à « un éventail de mesures, dont des systèmes de certificats digitaux, des signatures électroniques, et un système de stockage chiffré, pour faire en sorte que les doubles paiements, les duplications illégales, les contrefaçons et la falsification de transaction impossible.»

Selon le Science and Technology Daily, le journal officiel du ministère des Sciences et de la Technologie, qui a interrogé la Banque de Chine à ce sujet, les paiements seraient surtout plus rapides. « Cette méthode est plus efficace, car elle permet de transférer des sommes d’argent directement, sans passer par des banques, ce qui fait qu’elles se retrouvent directement dans les comptes en banque en temps réel », explique le journal. Un tel système permet aussi de se passer des intermédiaires, tels que Visa, MasterCard ou encore American Express, qui prennent un certain pourcentage à chaque transaction.

Un danger pour les données privées ?

Enfin, et c’est l’un des éléments les plus importants de ce système de paiement : le contrôle de la population. Toutes les transactions effectuées par les utilisateurs seront consultables par la banque centrale chinoise, et dans un pays où le gouvernement détient déjà un énorme pouvoir sur ses habitants, cette nouvelle couche de contrôle n’est pas du tout un détail.

Les e-yuans permettront à la Bank of China de pouvoir suivre en temps réel les transactions, que ce soit celles des particuliers ou celles des entreprises qui auront recours aux e-CNY.

Le Science and Technology Daily parle dans son article d’un système qui « protégera plus la vie privée », car la monnaie électronique permet de « contrôler l’anonymat, ce qui permet de mieux protéger les informations personnelles », mais n’offre pas plus de détails. On peut douter de sa définition de la protection de la privée.

Pour l’instant, l’adoption généralisée du e-yuan n’est pas prévue pour tout de suite. En dehors de la zone des Jeux olympiques, les e-CNY ne sont disponibles que dans une dizaine de villes. De plus, il se passera certainement un certain nombre d’années entre le moment où la monnaie numérique sera accessible à tous, et où elle deviendra le moyen de paiement le plus utilisé. Mais la Chine reste pour l’instant le seul pays où leur utilisation est d’ores et déjà possible — la création d’un euro électronique étant encore, dans l’Union européenne, encore un lointain projet.