Plus le temps passe, plus Apple creuse son avance face à Microsoft dans le secteur de l’informatique. Le passage sur l’architecture ARM a fait des miracles pour les MacBook, mais de leur côté les PC sous Windows sont encore à la peine. Mais cela pourrait changer, puisqu’un contrat d’exclusivité entre Microsoft et Qualcomm pourrait prendre fin bientôt.

Avec la sortie de ses Mac sous puce M1, Apple a secoué le petit monde de l’informatique. Les nouveaux ordinateurs, qui exploitent un processeur de nouvelle génération sous architecture ARM, offrent plus de puissance, une meilleure autonomie et permettent à Apple d’avoir plus de contrôle sur le fonctionnement de ses machines.

En face, Microsoft est à la peine. La plupart des PC sous Windows continuent de se reposer sur des processeurs Intel alors que leurs architectures ont du mal à tenir la comparaison face aux puces d’Apple. Microsoft a bien essayé d’encourager les développeurs à adapter leurs applications pour les processeurs ARM avec des outils d’émulation ou des machines de test, mais les ordinateurs Windows qui n’utilisent pas l’architecture Intel restent rares.

Qualcomm est en retard

Il faut dire que même Microsoft ne fait pas vraiment d’effort pour adapter son OS aux nouvelles puces. Mais il y a une autre raison pour laquelle les PC sous ARM ne sont pas légion : Qualcomm a un contrat d’exclusivité avec Microsoft.

C’est le site XDA-Developers qui nous apprend la nouvelle dans un article daté du 22 novembre 2021. Impossible pour un quelconque autre constructeur de proposer des processeurs ARM compatibles avec Windows donc. Seul Qualcomm en a le droit, car l’entreprise a travaillé main dans la main avec Microsoft pour adapter l’écosystème Windows sur ces puces de nouvelle génération.

Les processeurs de Qualcomm ne tiennent pas la distance face à ceux d’Apple // Source : Qualcomm

Qualcomm jouit d’une plutôt bonne réputation dans le monde des processeurs pour smartphone, mais sur ordinateur, c’est une autre histoire. Aucun des PC Windows équipés d’une puce ARM n’a connu de fulgurant succès et, question performance, Apple a toujours une belle avance avec ses composants maison. Difficile dans ces conditions de prendre le virage vers cette nouvelle architecture de processeur, pourtant pleine de promesses.

Une vraie compétition dans le secteur des PC sous ARM

La bonne nouvelle c’est que ce contrat d’exclusivité pourrait bientôt prendre fin, selon XDA. Aucune date ferme n’est annoncée, mais le site spécialisé affirme que ce serait pour «  bientôt  ». Cela pourrait donner un sacré coup de pouce au secteur des PC sous ARM. Des constructeurs comme Mediatek ou Samsung pourraient par exemple proposer des processeurs maisons capables de rivaliser, ou même de faire mieux que les solutions Qualcomm. Mediatek, le concurrent historique de Qualcomm, est d’ailleurs déjà dans les starting-blocks selon XDA.

Cette saine compétition pourrait aider Microsoft et Windows à aller concurrencer Apple. On peut même imaginer que l’entreprise développe ses propres puces maison pour ses ordinateurs Surface. Sur le papier, Microsoft l’a déjà fait avec ses processeurs SQ1 et SQ2 que l’on trouve dans les Surface Pro X, mais en réalité ces composants n’étaient que des puces Qualcomm rebaptisées à la va-vite. Samsung pourrait en faire de même et proposer des puces Exynos sur ses propres ordinateurs portables. Cette « intégration verticale », qui consiste à développer soi-même les composants d’une machine, a plutôt réussi à Apple.

La fin de ce contrat d’exclusivité ouvrira grand les portes de la compétition, ce dont Windows a désespérément besoin.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo