Donald Trump, chantre des faits alternatifs, annonce le lancement de son propre réseau social, appelé étonnamment Truth Social, pour apparaître comme le dépositaire de la vérité. Le lancement général de la plateforme est prévu en 2022.

Toujours exclu des grands réseaux sociaux américains, Donald Trump change de fusil d’épaule pour se reconstituer une présence numérique forte — possiblement en prévision de la prochaine élection présidentielle aux États-Unis, en 2024. L’ex-président a choisi de lancer son propre site communautaire. Avec lui, pas de risque de subir une exclusion, car il en contrôlera les ficelles.

Le réseau social, qui s’appelle curieusement « Truth Social », ce qui apparaît comme une certaine provocation de la part d’une personne souvent accusée de surfer sur des « faits alternatifs », pour imposer sa vision du monde, n’est toutefois encore qu’un concept. S’il a été annoncé le 20 octobre par un communiqué de Trump Media and Technology Group (TMTG), le site ne sortira que plus tard dans l’année.

Truth Social de Donald Trump doit sortir en 2022

Le lancement doit se faire en deux temps : le site Truth Social doit d’abord accueillir une poignée de privilégiés, à partir du mois de novembre, dont l’inscription se fera sur invitation, via une liste d’attente. L’ouverture plus globale de la plateforme surviendra au cours du premier trimestre 2022, aux États-Unis. Il n’est pas indiqué si des internautes d’autres pays pourront s’y inscrire.

Manifestement, la plateforme sera accessible depuis un ordinateur, via son navigateur web, mais aussi par une application mobile développée pour iOS. Elle est déjà référencée sur l’App Store, mais inaccessible en octobre. Le site ne fait pas mention d’une app équivalente pour Android, mais il est probable que cela sera corrigé d’ici le lancement général, car cet OS est le plus répandu sur mobile, y compris aux USA.

Un journaliste du Daily Dot, Mikael Thalen, a toutefois signalé sur Twitter que le site est déjà en partie opérationnel, car il est parvenu à dénicher l’URL du site — qui n’est vraiment pas difficile à trouver. Plus préoccupant, il a pu créer un compte en utilisant l’identifiant @donaldtrump. Si celui-ci sera sans aucun doute effacé pour l’attribuer au bon Donald Trump, ce constat pose la question des cas d’usurpations d’identité.

Truth Social
La page d’accueil temporaire de Truth Social.

« J’ai créé Truth Social et TMTG pour m’opposer à la tyrannie de Big Tech. Nous vivons dans un monde où les talibans sont très présents sur Twitter, mais où votre président américain préféré a été réduit au silence », a lancé Donald Trump dans son communiqué. L’ancien occupant de la Maison-Blanche a lancé des poursuites contre les réseaux sociaux, avec l’espoir de pouvoir rétablir ses comptes.

Donald Trump a été exclu des principales plateformes sociales en janvier 2021, à la suite des évènements tragiques survenus à Washington lors de la confirmation de l’élection de Joe Biden à la présidence. Les propos ambivalents de son prédécesseur, qui n’a jamais reconnu sa défaite et a affirmé sans preuve l’existence de fraudes électorales, ont été accusés d’avoir alimenté le ressentiment de ses supporteurs les plus zélés, qui ont fini par envahir momentanément le Capitole. Un incident grave au cours duquel des gens ont perdu la vie.

Donald Trump a tenté de lancer un premier réseau social, sans succès

Truth Social ne sera pas le premier coup d’essai de Donald Trump dans le segment des réseaux sociaux. On savait depuis ce printemps que l’ex-chef de l’État nourrissait le projet d’avoir sa propre plateforme qui ne pourrait pas le bannir, qu’importe les propos qu’il tient. Sa tentative, qui devait être une sorte de Twitter alternatif, s’apparentait plutôt à une sorte de blog. Elle a fini par être fermée, d’une part parce que l’audience ne suivait pas et d’autre part, parce que le site était une source de moqueries.

Cet échec était notamment lié à la faiblesse des interactions possibles sur cet espace. Les options de partage étaient limitées aux publications de Donald Trump sur le net, mais il n’était pas possible de les commenter. L’approche était beaucoup trop verticale, avec un émetteur, Donald Trump, s’adressant aux internautes, ce qui n’était pas très convivial. Les réseaux sociaux classiques sont beaucoup plus horizontaux en la matière, car on se trouve plus ou moins au même plan, avec la capacité par exemple d’interpeller Donald Trump sur Twitter — du moins, quand il avait encore son compte.

Un indice suggère que des changements ont été faits sur ces sujets. Réagissant au message du journaliste de Daily Dot, une internaute a constaté que la mise en page de Truth Social était similaire à celle de Mastodon (un réseau social et un logiciel libre pour micro-blogguer comme sur Twitter, créé en 2016), mais avec des couleurs différentes.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo