Le discours d'Emmanuel Macron a visiblement motivé les Français à se faire vacciner : en moins de 14 heures, 1,3 million de citoyens ont pris leur rendez-vous sur Doctolib. Il faut dire que d'ici l'automne 2021, les personnes vaccinées auront plus de facilités pour accéder à des lieux et événements socio-culturels que celles qui ne le sont pas.

Les annonces fermes d’Emmanuel Macron du 12 juillet 2021 au soir, concernant le pass sanitaire, ont visiblement eu un effet assez fort sur les Françaises et Français qui ne sont pas encore vaccinés.

La plateforme française Doctolib, qui permet de prendre des rendez-vous médicaux, a connu une énorme hausse du nombre de connexions : «  Il y a eu 7,5 millions de connexions en quelques minutes », a rapporté Stanislas Niox-Chateau, le CEO de Doctolib, au cours d’une conférence de presse le lendemain, à laquelle Numerama a assisté.

Plus impressionnant encore : 926 000 personnes ont pris un rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19 le soir-même des annonces du président de la République, et 350 000 personnes encore au lendemain matin. Cela signifie qu’en 14 heures environ, 1,3 million de Françaises et Français ont décidé de se faire vacciner. Évidemment, quelques citoyens avaient probablement pris rendez-vous avant l’allocution, mais le nombre est anecdotique par rapport à l’affluence record constatée après 20 heures. Ils sont aussi nombreux à être passés par le site Vite Ma Dose, développé par Guillaume Rozier et ses équipes.

« C’est cinq fois plus que la semaine dernière », a constaté Stanislas Niox-Chateau, qui a souligné que Doctolib connaissait encore, le 13 juillet au matin, « entre 4 000 et 5 000 prises de rendez-vous par minute ». Sur le graphique réalisé par la plateforme française et accessible en ligne sur le site officiel, on voit combien la barre qui correspond aux rendez-vous pris le 12 juillet est grande par rapport à celles des jours précédents.

Les statistiques de prise de RDV vaccination Covid sur Doctolib // Source : Doctolib

«  On a pulvérisé les records : c’est 2 fois plus que le dernier record du 11 mai dernier », a confirmé l’entrepreneur. Les rendez-vous qui ont été pris le sont «  en moyenne avec 11 jours de délai », a-t-il précisé, ce qui signifie que les premières doses seront injectées d’ici moins de deux semaines. En moyenne, les RDV pour une deuxième dose sont pris dans les quatre semaines qui suivent, ce qui veut dire que ces Françaises et Français seront vaccinés intégralement d’ici la fin du mois d’août.

Au niveau des tranches d’âge, les deux tiers des citoyens ayant pris rendez-vous le 12 juillet 2021 ont moins de 35 ans : on observe même une grosse poussée chez les moins de 18 ans, qui représentent 20 % du total. Les plus de 60 ans en revanche, qui sont les plus à risques de développer des formes graves de la maladie, ne sont que 3,5 %.

La répartition des prises de RDV pour un vaccin le 12 juillet 2021 selon les âges // Source : Doctolib

Comment la vaccination devient incontournable sans être officiellement obligatoire

Cela tombe plutôt « bien », vu qu’Emmanuel Macron a annoncé que les tests PCR deviendraient payants à partir de l’automne en France. Cette décision risque de changer grandement la manière dont les Français considèrent le fameux pass sanitaire, qu’il va être obligatoire de présenter dans de nombreux lieux socio-culturels dès cet été.

A partir du 21 juillet,  le pass sanitaire sera demandé dans les lieux suivants aux personnes de plus de douze ans :

  • Parc d’attraction
  • Concert
  • Festival
  • Spectacle

Début août, ce document sera requis dans bien d’autres endroits :

  • Cafés et restaurants
  • Centres commerciaux
  • Hôpitaux, maisons de retraite et établissements médico-sociaux
  • Avions, trains et cars pour les longs trajets.

Il est vrai qu’un pass sanitaire n’est pas obligatoirement un certificat de vaccination : il peut s’agir également d’un test PCR récent négatif. Mais dans les faits, si les tests PCR deviennent payants (comme c’est déjà le cas dans d’autres pays voisins, qui demandent de débourser plusieurs dizaines d’euro à chaque test), alors que la vaccination est gratuite et moins chronophage, il y aura de fait de moins en moins d’intérêt à ne pas être vacciné en France.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo