Après des mois de communication sur les pass frauduleux détectés par la police ou l’assurance maladie, les autorités commencent enfin à les bannir massivement.

Le gouvernement a mis du temps à agir, mais il semble que le bannissement massif de pass vaccinaux obtenus de façon illégale a commencé pour de bon. Le nombre de pass placés sur la liste noire de l’application TousAntiCovid, le seul moyen de rendre inutilisables ces QR codes, continue d’augmenter considérablement depuis le 17 février 2022.

Seulement 4 739 documents étaient mis à l’index la veille d’après le consultant en cybersécurité et observateur assidu des évolutions du pass vaccinal Piotr Chmielnicki. Ce nombre a été obtenu en accédant directement à la liste dans le fichier de configuration de l’application, grâce à un script développé à cet effet.

La désactivation des faux pass prend de l’ampleur

Ces derniers mois et ces dernières semaines, les pouvoirs publics avaient régulièrement vanté la découverte massive de ces faux pass vaccinaux. En décembre 2021, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin brandissait 182 000 faux pass sanitaires repérés par la police et la gendarmerie. Plus récemment, le 2 février 2022, le ministre de la Santé Olivier Véran pointait la découverte de 300 000 faux pass via les enquêtes de l’assurance maladie.

Mais en fin de journée, le 17 février 2022, environ 30 000 pass ont été ajoutés à cette liste. Une augmentation massive et sans précédent depuis le début de la crise sanitaire. Ce chiffre correspond à l’annonce faite par le ministre de la Santé Olivier Véran le 2 février sur BFM TV. Ce dernier promettait 30 000 faux pass en moins dans la semaine. Ils ont finalement été rendus inopérants deux semaines plus tard.

Plus de 74 000 pass neutralisés

La liste continue depuis d’être régulièrement allongée par vague de 10 000 pass. Le dernier ajout date du 21 février, pour atteindre 74 631 pass bannis d’après le développeur David Libeau, un autre observateur du dispositif sanitaire français qui utilise également un script pour inspecter le fichier de configuration dans lequel la liste est visible. Un accroissement brutal en quelques jours, que montre bien son graphique ci-dessous.

Avec cette augmentation soutenue, le nombre de pass bannis correspond de plus en plus aux annonces faites par les différents ministres. Mais ce retard est loin d’être un simple enjeu politique ou symbolique : la liste est restée en dessous des 5 000 pass jusqu’au 16 février 2022. La quasi intégralité de ces centaines de milliers de documents illégaux repérés était donc jusqu’alors encore en circulation, et parfaitement fonctionnels.