Samsung ajoute une nouvelle catégorie de produits à son catalogue. Avec le Smart Monitor, il entend associer des fonctionnalités liées au monde du PC et à celui de la télévision. Il y a matière à être conquis.

Le Smart Monitor de Samsung est un produit assez difficile à classer. Le préfixe Smart est une reprise de la catégorie Smart TV — les téléviseurs intelligents, c’est-à-dire connectés — tandis que le suffixe Monitor est la simple traduction de moniteur — soit un écran de PC. Le Smart Monitor serait donc un écran de PC intelligent. La firme coréenne ne le vend pas autrement : son produit associe le monde du bureau à celui du salon, avec une approche hybride compilant des fonctionnalités de productivité et de divertissement. Samsung espère avoir conçu un écran polyvalent, apte à trouver sa place dans une époque où le télétravail est privilégié.

Si on voulait simplifier à l’extrême, on dirait que le Smart Monitor est un écran de PC doté du même système d’exploitation que les téléviseurs commercialisés par Samsung. Il ressemble à un moniteur, affublé d’une télécommande pour naviguer dans l’interface donnant accès à une foule d’applications. Le problème de ces produits axés sur la polyvalence ? Leur fâcheuse tendance à offrir beaucoup, mais à n’exceller dans rien. Le Smart Monitor, disponible en versions Full HD ou 4K, n’évite pas cet écueil. Mais sa grille tarifaire très attractive — 249, 299 ou 399 euros — en fait un rapport qualité/prix très intéressant.

Samsung Smart Monitor

Un téléviseur de bureau

Le design du Smart Monitor ne le prédestine pas à une installation au sein d’un salon, où il apparaîtrait bien trop petit pour contenter les yeux (il se décline en 27 ou 32 pouces). Sur ce point, il ressemble vraiment à un écran de PC : des bords fins et un pied central compact (moins de 20 centimètres) pour ne pas prendre trop de place sur un bureau. La télécommande s’inscrit dans cette tendance : longiligne, elle est équipée d’un microphone pour favoriser les commandes vocales et arbore quelques raccourcis vers des plateformes de SVOD (Netflix et Amazon Prime Video en l’occurrence).

L’écosystème de Samsung permet au Smart Monitor d’offrir plusieurs moyens de se divertir, à partir du moment où il est connecté à internet (en Wi-Fi). Sur ce point, il profite de cet héritage né dans le domaine de la télévision grand public et n’aura pas besoin d’être relié à une box TV ou un PC pour diffuser par exemple la série WandaVision, accessible sur Disney+. Le Smart Monitor permet de tout concentrer au même endroit et peut répondre à un besoin pratique, si on n’a pas la place pour installer un téléviseur et un écran de PC chez soi. Comme il l’a confié dans la présentation, Samsung veut éviter la duplication des appareils.

Télécommande du Samsung Smart Monitor // Source : Maxime Claudel pour Numerama

En termes de connectique, on retrouve deux ports HDMI et un port USB-C capable de diffuser un flux vidéo et de recharger son PC compatible (puissance de 65W). Lors de nos tests, le Smart Monitor a refusé d’afficher une image quand il était branché à un MacBook Air — en espérant qu’il s’agisse d’un bug plus que d’une incompatibilité. On n’a rencontré aucun souci, en revanche, avec la Xbox Series X (il y a même un mode Jeu, ce qui n’en fait pas un écran gaming sur lequel se ruer). Le Smart Monitor fait l’impasse sur le DisplayPort, interface pourtant privilégiée par les utilisateurs PC. On retrouve par ailleurs trois ports USB, susceptible d’accueillir un clavier et une souris.

Le Smart Monitor est-il est un bon téléviseur ? Oui, et non. Pour moins de 400 euros, il offre certes de la 4K, mais une compatibilité HDR très limitée (pic lumineux limité à 250 nits). Il ne bénéficie pas non plus des technologies les plus poussées en matière d’affichage : il ne s’agit pas d’une dalle QLED, ce qui se traduit par des noirs d’une profondeur loin d’être satisfaisante (par exemple, les bandes des films sont grisâtres). Un petit tour par les paramètres permettra de rectifier un peu le tir. Privilégiez le mode Standard plutôt que Dynamique, qui y va un peu fort avec la colorimétrie. En ce qui concerne le son, force est de reconnaître que Samsung aurait pu faire un petit effort. Le rendu manque de présence — trop de directivité — et de puissance, avec ce sentiment qu’il est étouffé. On aura vite fait de compenser ce défaut avec un casque.

Samsung Smart Monitor

Le Smart Monitor est-il est un bon moniteur PC ? Oui, mais pour des fonctionnalités basiques. Bon point, il permet d’accéder à son PC à distance grâce à la fonctionnalité Remote PC. Il intègre également la suite Office 365, pour un accès direct à ses fichiers sans avoir à allumer son ordinateur. En somme, les outils pour travailler sereinement sont là. Les limites du produit viennent plutôt de sa qualité d’affichage, insuffisante pour contenter les utilisateurs exigeants. Même son de cloche pour les joueurs, qui veulent plus qu’une dalle 60 Hz et sont friands des technologies qui améliorent les performances. Ces absences ne nous ont pas empêchés de terminer sans souci quelques donjons de l’exigeant Curse of the Dead Gods.

À l’arrivée, le Smart Monitor de Samsung compense ses défauts en matière d’image et de son par une polyvalence bienvenue. Plus intelligent qu’un écran de PC classique, moins contraignant qu’un téléviseur, le produit est un premier essai encourageant sur un segment qui doit encore justifier son existence. On ne pourra pas reprocher à la firme asiatique de ne pas essayer de répondre à des besoins très ciblés. Si vous voulez la meilleure télévision pour votre console ou le meilleur écran pour profiter de votre PC, ce Smart Monitor, qui sait aussi être indépendant grâce à son écosystème complet, est à oublier. Mais si l’exigence n’est pas votre critère premier et que vous désirez simplement faire un peu de tout sans trop pousser, peut-être méritera-t-il sa place sur votre bureau.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo