Apple a lancé le HomePod mini, une nouvelle version de son enceinte connectée proposée sous la barre des 100 euros. Au programme, un design mignon et un rendu sonore très correct.

Les rumeurs sur le lancement d’un HomePod plus petit ont commencé sitôt l’officialisation du premier modèle. C’est finalement avec la gamme iPhone 12 qu’Apple s’est décidé à présenter le HomePod mini. Un premier élément a surpris tout le monde : son prix. À moins de 100 euros, l’enceinte connectée se positionne comme un produit très abordable dès sa sortie. Cela peut paraître étonnant quand on connaît le positionnement de la firme de Cupertino et, aussi, quand on songe au tarif du HomePod standard — vendu trois fois plus cher.

Comme toute enceinte connectée qui se respecte, le HomePod mini mise principalement sur deux domaines pour convaincre : le son et les fonctionnalités liées à Siri. Si la taille de l’assistant vocal n’a pas d’impact sur le deuxième aspect, on pouvait craindre que les dimensions réduites — le HomePod mini tient dans la main — soient un problème pour les performances acoustiques. À l’arrivée, le produit s’en sort honorablement.

Le HomePod mini // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Difficile de ne pas craquer pour ce design

Vous allez forcément craquer pour le HomePod mini, si mignon qu’on a envie d’en mettre partout chez soi. De son grand frère cylindrique et plus imposant (18 centimètres de haut), il n’a repris que la zone tactile du dessus, le tissu acoustique habillant la coque et les deux coloris (gris sidéral ou blanc). Esthétiquement, le HomePod mini ressemble à une petite sphère dotée d’un fond et d’une partie supérieure plats. Le design se veut assez discret, de manière à pouvoir s’immiscer dans tous types d’intérieurs sans prendre de place (8,43 x 9,79 centimètres, pour 345 grammes). Le tout avec une qualité de fabrication irréprochable, Apple oblige.

Si mignon qu’on a envie d’en mettre partout chez soi

La zone tactile du dessus, qui s’anime quand l’enceinte est en fonctionnement ou quand Siri est sollicité, est désormais dotée de symboles « + » et « – » pour le volume. Pour celles et ceux qui voudraient se passer des commandes vocales, elle permet d’en réaliser plusieurs : toucher une fois pour lecture/pause, deux fois pour passer à la chanson suivante et trois fois pour revenir en arrière.

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, le HomePod mini n’est pas une enceinte portable. Il a besoin d’être branché à une prise secteur pour fonctionner. Il est livré avec un adaptateur USB-C d’une puissance de 20 W, à relier au câble tressé fixé sur l’enceinte. On a essayé de brancher le HomePod mini à un MacBook Air, pensant naïvement que l’énergie fournie serait suffisante. En vain.

Le câble d’alimentation du HomePod mini // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Siri laisse encore un peu à désirer

Le HomePod mini est bien évidemment pensé pour s’intégrer dans un écosystème Apple déjà bien établi. Il a besoin d’un iPhone/iPad/iPod pour être configuré et d’un abonnement Apple Music pour bénéficier d’un accès plus direct à une plateforme musicale (pour les autres, AirPlay 2 est votre ami). Cette fermeture permet au moins de faciliter grandement l’installation du HomePod mini depuis un appareil iOS. En moins de cinq minutes, l’enceinte est opérationnelle et se retrouve dans l’application Maison — parmi les autres objets connectés de votre habitation.

Le HomePod mini rassemble toutes les fonctionnalités que l’on attend d’une enceinte connectée : option multiroom pour déplacer sa musique, configuration stéréo pour un rendu plus juste et ample (mais pas de Dolby Atmos avec l’Apple TV 4K), contrôle des appareils domotiques… Apple a même ajouté un interphone pour pouvoir envoyer un message à quelqu’un qui se trouverait dans une autre pièce, depuis un HomePod ou un iPhone, un iPad, un iPod touch, une Apple Watch et CarPlay. En revanche, la firme de Cupertino ne permet pas (encore ?) de créer un home cinéma, par exemple en mettant un HomePod devant et deux HomePod mini derrière. Avec cette installation (et AirPlay 2), vous aurez du son sur toutes les enceintes, mais le rendu ne sera pas intelligemment géré. Aujourd’hui, l’association de plusieurs HomePod fonctionne par paire et référence (deux HomePod ou deux HomePod mini).

En titre de notre test du premier HomePod, nous écrivions « l’excellente enceinte qui rêvait d’intelligence  » en référence à Siri, qui souffrait à l’époque de la comparaison avec Google Assistant — toujours le meilleur. Fort heureusement pour Siri, les choses se sont améliorées depuis 2018. Mais l’intelligence artificielle d’Apple a encore du mal sur des tâches parfois simples (comprendre, un morceau de musique très précis) quand il excelle dans ses recommandations musicales (dites-lui de vous surprendre). Les erreurs qui persistent ne donnent pas envie de jouer avec Siri, plutôt de se contenter du strict minimum (lance un minuteur, éteins telle lumière, dis-moi la météo, mets le volume à 60 %…). Veillez à ne pas faire de phrases trop longues, au risque de mettre Siri en difficulté. Au moins, il est rapide quand il est sollicité proprement.

L’arrière du HomePod mini // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Un son étonnant

Apple avait fait le choix de miser sur l’argument musical pour séduire avec son HomePod. Encore aujourd’hui, on cherche une enceinte compacte capable de restituer avec autant de générosité et de précision nos playlists. Il serait bien évidemment injuste de comparer le HomePod mini avec le HomePod. En termes d’équipement, les deux produits ne boxent pas du tout dans la même catégorie : un boomer et sept tweeters d’un côté, un transducteur à large bande et deux radiateurs passifs de l’autre. Apple ne cherche pas à remplacer son HomePod, plutôt à offrir le maximum dans un format riquiqui. On nourrissait de grandes attentes et nous n’avons pas été déçus. Oui, dès les premières notes, le HomePod mini étonne dans le bon sens du terme.

Offrir le maximum dans un format riquiqui

La multinationale a encore fait preuve d’un gros travail d’ingénierie et d’optimisations logicielles pour faire du HomePod mini une bonne alternative : en l’occurrence, la puce S5, que l’on trouvait dans l’Apple Watch Series 5, est chargée d’analyser régulièrement la position de l’enceinte et ce qui est lu. En pratique, cela confère au HomePod mini une vraie restitution à 360 degrés. Vous pouvez tourner autour de l’enceinte, vos oreilles entendront toujours la même chose — un vrai argument. Sa puissance limitée l’empêchera, en revanche, de remplir une grande pièce, réservant son utilisation dans des environnements plus petits (une chambre, une salle de bain…).

En outre, le HomePod mini est très à l’aise dans sa capacité à éviter le phénomène de distorsion, même à volume élevé. Le résultat est une qualité d’écoute équilibrée et suffisamment précise, quoiqu’un peu chiche dans les graves (le HomePod est très généreux sur ce critère). Les voix sont claires, les détails sont présents, parfois percutants, et la polyvalence dans les genres reste appréciable. Il faut simplement trouver le bon réglage du volume, en fonction de l’endroit où est posée l’enceinte (entre 50 et 75 %). Sur ce point, le HomePod mini peut s’avérer un peu capricieux.

On a pu tester une configuration associant deux HomePod mini en stéréo. Pour 99 euros de plus (correspondant au prix du deuxième), on gagne sur tous les plans. Il y a notamment les basses qui en ressortent grandies, avec une richesse appréciable, et une présence logiquement plus affirmée. On a par ailleurs mis cette configuration stéréo à l’épreuve de l’Apple TV 4K : pertinente pour la musique, décevante pour un film ou une série (le rendu est trop étouffé et manque d’assise frontale). Le HomePod mini n’a pas une puissance suffisante pour briller dans un salon, même quand il est doublé.

En bref

HomePod mini

Note indicative : 4/5

Le HomePod mini est un produit étonnant dans le catalogue Apple. Étonnant, d’abord, par son prix, très abordable. Étonnant, ensuite, par son rendu sonore, généreux malgré un format riquiqui. Étonnant, enfin, par sa capacité à devenir une vraie option pour qui voudrait mettre beaucoup de musique et un peu d’intelligence dans une pièce à dimensions réduites (meilleur exemple : une salle de bain).

Bien sûr, le HomePod classique va beaucoup plus loin dans la restitution, grâce à son équipement lui octroyant une puissance démesurée (et encore difficile à égaler aujourd’hui). Le HomePod mini fait ce qu’il peut avec ce qu’il a. Il ne reste plus qu’à peaufiner, encore, Siri pour une expérience connectée 100 % complète.

 

Top

  • Design craquant
  • Rendu sonore étonnant (pour la taille)
  • Le prix

Bof

  • Trop petit pour un salon
  • Siri reste en retard sur la concurrence
  • Configuration stéréo décevante pour du home cinéma

Crédit photo de la une : Maxime Claudel pour Numerama

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo