Apple et Google planchent sur une solution pour faciliter le développement d'applications de contact tracing par les gouvernements. Mais quels modèles seront a priori compatibles ? Cela dépendra de la version d'Android et iOS et donc de l'ancienneté des appareils.

Le traçage des contacts via les smartphones peut-il jouer un rôle dans le contrôle de l’épidémie de coronavirus ? Google et Apple estiment que c’est un levier technologique à explorer, demandé par les agences de santé : les deux poids lourds de la tech ont décidé courant avril de joindre leurs forces pour faciliter la création d’applications de suivi (contact tracing en anglais), de façon à ce qu’elles puissent marcher entre Android et iOS.

Sur le strict plan opérationnel, ce programme a toutefois besoin d’un certain nombre de préalables pour être efficace. Il faut que l’application de suivi des contacts soit adoptée le plus largement possible — il faudrait un taux d’adhésion d’au moins 60 % des personnes possédant un smartphone — et, par ailleurs, il faut que celle-ci puisse fonctionner sur une large variété de modèles. Y compris, donc, d’anciens appareils.

Cette seconde condition a été abordée le 24 avril lors d’une conférence conjointe organisée par Google et Apple pour traiter de plusieurs questions d’ordre technique. L’une d’elles portait sur la compatibilité de la solution portée par le tandem californien. À cette occasion, on a appris qu’elle a été conçue pour Android 6.0 (mai 2015) et les versions suivantes et pour l’iPhone 6S / iPhone SE et les iPhone suivants, compatibles avec iOS 13, soit des modèles conçus à partir de 2016.

Votre smartphone serait-il compatible ?

Concrètement, cela veut-il dire que votre smartphone pourrait faire fonctionner la solution de Google et Apple ? Très probablement.

Android 6 est une version déjà âgée du système d’exploitation mobile de Google : elle est sortie en octobre 2015. Elle a été suivie par quatre versions majeures, dont la dernière est parue en septembre 2019. Tous les smartphones vendus ces cinq dernières années ont eu accès à une branche égale ou supérieure à Android 6. Quant aux modèles antérieurs, ils ont pu parfois accéder à Android 6 ou plus.

Le principe schématisé du contact tracing, entre individus // Source : Claire Braikeh pour Numerama

Selon les statistiques fournies par Google en mai 2019, la part des versions Android qui se trouvent sous Marshmallow, le surnom d’Android 6, atteint 25,2 %. Cela voudrait dire qu’un smartphone sur quatre ne serait pas adapté au contact tracing de Google et Apple. Mais à en croire des données plus récentes, les smartphones qui ne sont pas équipés d’Android 6 ou plus ne pèsent en fait que 15,1 % du total. Et il est possible que la France ait un parc plus récent.

Et dans le cas d’Apple ? La vérification est un peu différente. iOS 13 est une version très récente du système d’exploitation de l’iPhone et de l’iPad, dans la mesure où elle est sortie en septembre 2019. Cependant, la firme de Cupertino s’arrange pour que cette mouture soit disponible sur le plus grand nombre d’appareils, afin de limiter au maximum les effets de la fragmentation logicielle.

Ainsi, iOS 13 est compatible avec quatorze modèles d’iPhone, treize déclinaisons d’iPad et un iPod touch. Le plus ancien parmi les smartphones est l’iPhone 6s, sorti en 2015. Du côté des tablettes, c’est l’iPad Air 2, sorti en 2014. Quant à l’iPod touch, c’est celui de 2019 qui est pris en charge. Apple explore toutefois la possibilité de remonter encore plus loin dans la chronologie des terminaux.

Selon des statistiques de fragmentation communiquées en début d’année par Apple, donc qui ne sont plus tout à fait exactes aujourd’hui, 77 % des iPhone sortis au cours des quatre dernières années utilisent iOS 13. Si l’on écarte l’année de sortie, ce taux est de 70 %. Il y a donc une fraction notable d’appareils qui ne seraient pas compatibles, faute d’avoir été mis à jour — mais il ne s’agit pas d’un obstacle insurmontable. Comme pour Android, ces données mondiales sont peut-être différentes en France.

Dans ces conditions, il apparaît que dans la plupart des cas votre smartphone sera vraisemblablement capable de faire fonctionner la solution de contact tracing conçue par Google et Apple. C’est une certitude si votre smartphone a moins de cinq ans, ce qui est certainement le cas d’une majorité d’individus, au regard du rythme de remplacement des appareils que l’on observe dans le marché des téléphones intelligents.

Partager sur les réseaux sociaux