Le PDG de Tesla avait pourtant présenté ses excuses... il a fait marche arrière en réitérant sa conviction selon laquelle un sauveteur des grottes thaïlandaises (qui avait critiqué son sous-marin) serait « un pédophile ».

Mise à jour du 5 septembre 2018 : Elon Musk persiste et signe. Dans un email envoyé le 4 septembre à un reporter de BuzzFeedN News, le PDG de Tesla s’est montré très violent en affirmant : « Je vous suggère d’appeler des gens en Thaïlande, vous rendre compte de ce qu’il se passe et arrêter de défendre des violeurs d’enfants, bande d’enfoirés  » avant de décrire le sauveteur comme un « vieil homme blanc qui vient d’Angleterre et a voyagé ou bien vécu en Thaïlande pendant 30 à 40 ans ». Et de conclure sur de nouvelles accusations concernant une « épouse enfant ». Le milliardaire n’a pas apporté de preuves de ses accusations répétées.

Article original du 29 août 2018 : Elon Musk n’a visiblement pas envie de suivre le conseil de ses actionnaires, qui sont plusieurs à souhaiter qu’il arrête de poster autant de messages sur Twitter. Le PDG de Tesla s’est fendu de plusieurs tweets dans l’après-midi du 28 août 2018, dans lesquels il a renouvelé des accusations, sans preuve, à l’encontre d’un sauveteur qui était venu en aide à des enfants coincés dans des grottes thaïlandaises.

« Vous ne trouvez pas ça bizarre, qu’il ne m’ait pas poursuivi en justice ? On lui a pourtant proposé des services d’avocat gratuits… », a-t-il d’abord demandé à un journaliste, Drew Olanoff, qui revenait sur les accusations de pédophilie qu’Elon Musk avait formulées.

Capture d’écran du compte d’Elon Musk, le 29 août 2018 // Source : Twitter/elonmusk

Il a ensuite publié plusieurs fois la même question au journaliste : « Pourquoi vous n’avez pas enquêté ? » Entendre : pourquoi le reporter n’aurait pas tenté de faire confirmer les allégations d’Elon Musk… qui avait accusé sans aucune preuve le sauveteur britannique qui habite en Thaïlande. « Ah oui, le monde entier devrait être là pour rétablir l’ordre dans votre absence totale de filtre et les conséquences que ça a  », avait répondu le journaliste.

Capture d’écran du compte d’Elon Musk, le 29 août 2018 // Source : Twitter/elonmusk

« Je vous parie que c’est vrai. »

Le week-end du 15 juillet dernier, Vern Unsworth, l’un des coordinateurs du sauvetage des enfants thaïlandais, avait critiqué sur CNN le mini sous-marin inventé par les équipes d’Elon Musk. Ce dernier était persuadé que l’engin était capable de sauver les enfants pris au piège… « C’était que de la communication. Son sous-marin était rigide et trop long, il n’aurait pas avancé plus de 50 mètres dans les caves à partir du point de plongée », avait asséné Vern Unsworth.

Très énervé que l’on puisse critiquer une de ses inventions, Musk, qui est suivi par 22,4 millions d’abonnés sur Twitter, avait posté « désolé, espèce de pédophile ». Quelques minutes plus tard, interrogé par un internaute qui lui demandait des preuves de ses accusations, il précisait : « Je vous parie que c’est vrai. »

Capture d’écran du tweet supprimé // Source : twitter/elonmusk

Deux jours plus tard, le patron de Tesla et SpaceX avait présenté des excuses au sauveteur «  en [s]on nom et au nom des entreprises qu'[il] représente » , précisant qu’il avait parlé sous le coup de la colère. Des excuses qui n’ont finalement pas tenu très longtemps.

Cette nouvelle salve de tweets d’Elon Musk survient après que le New York Times a publié des morceaux d’interviews du PDG américain, dans une enquête qui le montre comme un homme très angoissé, sous pression, qui dort beaucoup trop peu, prend beaucoup de somnifères et dont le ton de la voix avait commencé à craquer au cours de l’interview (mais il n’avait pas pleuré). Musk avait notamment inquiété ses actionnaires en tweetant récemment qu’il songeait à retirer Tesla de la bourse.

Crédit photo de la une : YouTube/ Marques Brownlee

Partager sur les réseaux sociaux