Après plusieurs années sur les routes, Tesla a dévoilé une partie du code source de ses technologies employées dans ses voitures.

La communauté open source attendait ce geste non sans impatience et Tesla se mettait juridiquement en danger. Sous l’impulsion de l’association Software Freedom Conservancy, le constructeur a fini par plier en publiant une partie du code source des technologies se cachant derrière ses voitures. Un acte attendu et obligatoire puisque Tesla utilise des solutions sous licence GPL (comme le noyau Linux), impliquant une transparence logicielle.

En position de violation, il a fait un premier pas en avant en partageant quelques informations sur la plateforme GitHub. Une décision saluée par l’organisation Software Freedom Conservancy dans un communiqué publié le 18 mai 2018. Mais pas encore suffisante.

Tesla obligé d’être transparent

Dans un mail adressé aux intéressés et obtenu par Electrek, on peut lire que Tesla dévoile le buildroot de l’image système de l’Autopilote ainsi que des éléments liés à l’infodivertissement des Model S et X articulés autour d’une puce Nvidia Tegra. Naturellement, les données seront mises à jour au gré des firmwares à venir. 

Ce n’est, pour l’heure, qu’une première étape et Tesla travaille à la publication d’autres morceaux du code source, hors applications propriétaires. «  Nous sommes ravis de voir que, cette semaine, Tesla a agi publiquement au regard de ses violations de la licence GPL en annonçant avoir effectué un premier pas vers la conformité », applaudit la Software Freedom Conservancy, qui avait notifié Tesla sur ses obligations depuis juin 2013.

Au-delà de ses obligations juridiques, cette ouverture de Tesla va permettre à certains hackers de s’en donner à cœur joie. Ils vont pouvoir mettre plus facilement les mains dans le cambouis et peut-être que certains secrets logiciels seront dès lors révélés. En outre, cela devrait faciliter la vie de celles et ceux cherchant à améliorer la sécurité informatique des voitures Tesla. Avec le code source désormais public, des bugs et des failles seront trouvés plus facilement.

Partager sur les réseaux sociaux