Le Pixel 8 de Google est vu comme le premier téléphone de l’ère IA. Samsung devrait rapidement suivre, vraisemblablement avec son prochain Galaxy S24. La marque a confirmé son intérêt pour l’IA générative.

L’intelligence artificielle embarquée dans les smartphones sera-t-elle the next big thing ? On sait que Google mobilise déjà de l’IA dans ses téléphones, pour alimenter ses applications avec des fonctionnalités remarquables (on pense à la gamme magique dans Photos). D’ailleurs, le Pixel 8 peut être perçu comme le premier smartphone de l’ère de l’IA.

À ce petit jeu, on devrait prochainement compter sur Samsung. Dans son édition du 1er novembre, le site Business Korea signale le grand intérêt du géant coréen de l’électronique grand public pour ce thème. La direction a d’ailleurs affirmé que des technologies d’IA devraient apparaître en 2024 dans ses appareils, afin de fournir une nouvelle expérience aux particuliers.

De l’IA dans les produits Samsung

Une promesse qui devrait vraisemblablement concerner au premier chef son produit phare, le Galaxy S24, dont la présentation et la mise en vente sont attendues pour le premier trimestre 2024. C’est historiquement aux alentours du mois de février que la marque dévoile la nouvelle génération de son téléphone, aux côtés de quelques variantes (S24+ et Galaxy S24 Ultra ?).

D’après Business Korea, la technologie bientôt proposée appartiendrait à la catégorie des IA génératives. Ce sont les IA les plus connues du grand public. On les utilise en donnant des instructions. Dans le domaine du texte, ChatGPT est l’IA générative la plus connue. Côté dessin, DALL-E, Midjourney ou encore Firefly ont aussi une certaine notoriété.

L’IA générative se veut interactive avec l’internaute : il peut être possible d’itérer sur les réponses données par l’outil. C’est particulièrement vrai avec ChatGPT, si ses réponses paraissent incomplètes ou inexactes. On peut lui demander de les corriger, de les affiner ou de les compléter. Dans le dessin, il existe aussi des options pour ajuster les visuels ou les réorienter.

L'impressionnant module caméra du Galaxy S23 Ultra a déjà gagné la bataille de la polyvalence. Chaque module a son utilité. // Source : Numerama
Le successeur du S23 devrait avoir aussi un énorme bloc pour la photo… mais aussi des facultés avancées dans l’IA. // Source : Numerama

Ces technologies marchent généralement à la condition d’avoir une liaison Internet active : les traitements ont alors lieu sur les serveurs des entreprises fournissant ces technologies. Dans le cas de Samsung, il est question d’une IA générative opérationnelle localement, sur l’appareil, sans connexion à un service de cloud computing.

Reste que la nature des technologies envisagées par Samsung reste pour l’heure assez mystérieuse : est-ce un simili-ChatGPT ? Ou plutôt un outil dans le dessin ? Ou alors peut-être un assistant vocal bien plus performant ? Ces trois à la fois ? Il reste également à savoir si l’on parle d’une solution entièrement conçue en interne ou s’il s’agira d’un partenariat avec une société tierce.

L’IA dans les téléphones, nouveau champ de bataille commercial ?

2024 pourrait d’ailleurs marquer un virage dans la compétition entre téléphones. Des rumeurs laissent entendre, par exemple, que l’iPhone 16 pourrait aussi intégrer des technologies autour de l’IA générative. Apple, à ce sujet, mobiliserait désormais un milliard de dollars chaque année dans ce segment pour faire émerger ses propres solutions.

Ce sera possiblement là-dessus que les grands fabricants batailleront à l’avenir, plutôt que de savoir qui propose l’appareil photo le plus abouti dans son smartphone — la course au meilleur photophone a ainsi occupé le marché pendant des années. Cette fois, ce sera peut-être de savoir qui offre la meilleure intelligence artificielle embarquée. Samsung semble vouloir en être.

Source : Numerama

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.