Déjà accusé de ne pas payer de loyer depuis qu’il a racheté Twitter, Elon Musk énerve maintenant la ville avec son logo X géant, ultra lumineux et clignotant. Cette énième provocation interroge, alors qu’aucun permis de construire n’a été demandé.

À San Francisco comme en France, quand on décide de réaliser des travaux sur la façade d’un bâtiment, il faut obtenir des autorisations. Une règle que semble complètement ignorer Elon Musk, déjà embêté lorsqu’il a tenté de retirer le logo de Twitter du siège de l’entreprise (il n’y avait pas assez de protections au sol, ce qui a amené la police à intervenir) et désormais accusé de troubles au voisinage. En cause, un logo X géant, sur le toit du siège de Twitter, qui clignote à une vitesse qui pourrait provoquer des crises d’épilepsie.

La ville de San Francisco ouvre une enquête

Apparu soudainement dans la nuit du 28 au 29 juillet, le X géant d’Elon Musk dérange énormément les habitants des immeubles situés en face du siège de X Corp (ex-Twitter), ainsi que les personnes qui se promènent dans la rue. Il faut dire que son rythme de clignotement est beaucoup plus soutenu que celui montré dans la vidéo d’Elon Musk. On se croirait en boîte de nuit, mais dans la rue.

Hasard ou non, la rue de Twitter est connue pour être celle des sans-abri, souvent accros au crack et comparés à des « zombies ». Certains suspectent Elon Musk, connu pour avoir critiqué cet aspect du quartier, de les embêter volontairement avec cette lumière très agressive, qui clignote à une vitesse inhabituelle pour un logo d’entreprise.

Interrogée par l’AP, la ville de San Francisco dit ouvrir une enquête contre les pratiques du nouveau Twitter. « L’installation de ce panneau nécessite également l’examen et l’approbation du plan d’urbanisme. La ville a déposé une plainte et ouvert une enquête » annonce Patrick Hannan, le porte-parole du département de l’inspection des bâtiments.

Depuis l’arrivée d’Elon Musk, la ville de San Francisco s’agace régulièrement des agissements de Twitter, qu’elle suspecte de vouloir partir de la ville. Loyers impayés, travaux décidés sans autorisations… Elon Musk a annoncé le 30 juillet qu’il comptait rester dans la ville, malgré les rumeurs. La Mairie espère désormais sans doute revenir au dialogue, pour éviter de voir X se transformer en une zone de non-droit.


Abonnez-vous gratuitement à Artificielles, notre newsletter sur l’IA, conçue par des IA, vérifiée par Numerama !