Réactivité, réglages, fonctions exclusives… L’application Apple Music pour les smartphones Android fait mieux que le logiciel préinstallé sur les iPhone. Un comble pour Apple, qui a pour habitude de dégrader au maximum l’expérience utilisateur des systèmes concurrents.

Depuis longtemps, Apple fait partie des détracteurs de l’écosystème Android. La marque californienne, qui voit en l’OS de Google une pâle copie de son iPhone (ce qui était le cas aux débuts), aime se moquer de la fragmentation d’Android ou du design de certains terminaux d’entrée de gamme. Encore aujourd’hui, Apple fait tout pour rendre l’utilisation de ses services compliqués sur les smartphones de Samsung et de ses autres concurrents. iCloud, iMessage, FaceTime, Apple TV+… La plupart de ses services sont indisponibles sur la plateforme de Google, de la même manière que l’Apple Watch ne peut pas se jumeler à un smartphone concurrent de l’iPhone. C’est de bonne guerre, même si cela rend le passage d’iOS à Android très compliqué.

Pourtant, il y a une exception. Depuis son lancement en 2015, Apple Music est disponible sur Android. Pourquoi ? C’est une excellente question. On imagine mal quelqu’un qui n’a pas d’iPhone choisir ce service plutôt que Spotify ou Deezer, mais Apple semble penser qu’il y a une clientèle possible chez la concurrence (ou pense peut-être aux utilisateurs de Mac et iPad avec un téléphone d’une autre marque ? Ou les fidèles d’iTunes et de l’iPod ?). Quoi qu’il en soit, cette application Apple Music pour Android est étonnante. Sur plusieurs aspects, elle fait beaucoup mieux que l’application iOS, installée par défaut sur les iPhone et iPad.

Le vrai Apple Music, sur Android

L’application Apple Music d’Android ressemble beaucoup à celle d’iOS. À vrai dire, l’interface est quasiment identique, même si la version Android a l’avantage de la flexibilité. Sur un Galaxy Z Fold 4, par exemple (l’appareil que nous testons actuellement), elle s’adapte parfaitement à son grand écran en reprenant l’interface de l’application iPadOS. Les ingénieurs d’Apple ont conçu une application vraiment complète, qui utilise très bien les codes d’Android malgré son interface iOS.

À gauche, la version iOS. À droite, la version d'Android. Les interfaces sont les mêmes. // Source : Captures Numerama
À gauche, la version iOS. À droite, la version d’Android. Les interfaces sont les mêmes. // Source : Captures Numerama

En plus de son interface similaire, la version Android d’Apple Music intègre les mêmes fonctions que la version iOS. On aurait pu penser qu’Apple réserve l’audio sans perte, l’audio spatial (Dolby Atmos) ou l’affichage des paroles à son iPhone, il n’en est rien. Un abonné à Apple Music sur un smartphone Android a accès à toutes les fonctions d’Apple Music, dans la même interface. C’est rare pour un service Apple, mais vous allez voir que ce n’est pas le plus étonnant.

Une tonne de fonctions exclusives à Android

En effet, la version Android d’Apple Music dispose aussi de fonctions exclusives. En voici quelques-unes repérées par Numerama :

  • On peut se connecter et se déconnecter facilement sur Apple Music Android pour, par exemple, permettre à un ami d’accéder à ses playlists en soirée, alors que l’utilisation d’Apple Music sur iOS est liée au compte Apple connecté à son iPhone.
  • Les réglages sont directement intégrés à l’application, ce qui permet de changer la qualité des fichiers téléchargés, d’activer l’audio spatial ou de mettre à jour ses informations de paiement facilement. Sur iOS, il faut se rendre dans les réglages système.
  • Sur Android, Apple Music permet de configurer le fondu enchaîné entre deux morceaux (ça ajoute une transition naturelle d’une musique à une autre). Il y a aussi un égaliseur intégré à l’application (qui peut rediriger vers les réglages système quand disponible). Sur iOS, c’est impossible.
  • Autre fonction exclusive, Apple Music Android permet de configurer un minuteur de veille. Au bout d’un certain temps, de la fin d’un morceau ou de la fin d’un album, la lecture s’arrête seule. Sur iOS, il faut ruser en programmant l’arrêt de la lecture audio dans l’application Horloge. Pas très ergonomique.
  • La version Android d’Apple Music ne supporte pas AirPlay, mais dispose en exclusivité de Google Cast. On peut envoyer de la musique ou des clips sur un téléviseur ou une enceinte compatibles facilement. Si vous avez une enceinte Google Assistant à la maison, mieux vaut donc posséder un smartphone Android qu’un iPhone.
  • Sur Android, Apple Music propose deux widgets (il n’y en a qu’un sur iOS). Leur taille peut évoluer et l’on peut interagir avec pour contrôler la lecture.
  • Les réglages permettent de vider le cache de lecture ou de changer la capacité maximale de stockage dédiée au cache. Plusieurs paliers sont proposés, entre 200 Mo et 5 Go. iOS ne permet pas de contrôler tout ça.
  • Il y a un gestionnaire de téléchargements assez complet, pour voir l’avancement de ses téléchargements de morceaux (y compris en lossless 24 bits).
  • On a aussi la possibilité d’accéder aisément aux morceaux téléchargés depuis l’application pour faire du ménage. C’est possible dans les réglages système sur iOS, mais ça ne fonctionne pas très bien.
  • Le thème sombre peut être activé indépendamment des réglages d’Android (ou synchronisé à Android). Sur iOS, il dépend forcément des réglages du système.
  • En cas de problème avec une pochette d’album, Apple Music Android permet de les réinitialiser et de les re-télécharger. Sur iOS, c’est impossible.
Les réglages d'Apple Music pour Android sont très complets. // Source : Captures Numerama
Les réglages d’Apple Music pour Android sont très complets. // Source : Captures Numerama

Autres éléments plus subjectifs, Apple Music pour Android nous semble plus réactif que la version iOS, qui affiche souvent des pages blanches pendant les chargements. Autre avantage lié à l’écosystème Android : beaucoup de smartphones possèdent encore une prise jack. Pour profiter de l’audio sans perte, un appareil autre que l’iPhone, couplé à Apple Music, est sans doute plus pratique.

Des réglages intégrés et des mises à jour régulières, la clé du succès ?

Comment expliquer qu’une version Android d’un service Apple fasse mieux que le logiciel intégré à iOS ? Nous n’avons même pas posé la question à la marque avant d’écrire cet article, puisqu’il nous semble clair qu’aucun de ses porte-parole ne nous expliquera être d’accord avec nous. On imagine mal Apple nous écrire qu’Android est plus agréable à utiliser qu’iOS, en nous expliquant pourquoi.

Selon nous, Apple Music pour Android est aussi performant pour plusieurs raisons. La première est la plus évidente : Apple a mis les moyens. L’équipe dédiée à ce logiciel, qui doit sans doute manger un peu à l’écart à la cantine, est compétente et connaît très bien les secrets de l’OS de Google. Même si son travail n’est pas très bien mis en avant, il est de qualité.

Nous pensons aussi qu’Apple Music pour Android a un autre avantage capital : il s’agit d’une application indépendante, qui se met à jour au même titre que Twitter ou Facebook, alors que la version iOS est dépendante des mises à jour de l’iPhone (Apple ne met jamais à niveau ses applications intégrées séparément). Résultat, les développeurs de l’application Android ont plus de flexibilité. Leur minuteur de veille est prêt ? Ils l’ajoutent à l’application et soumettent la mise à jour à Google (il existe même une version bêta sur le Play Store, avec des nouveautés en avance !).

La mise en veille a été ajoutée dans une mise à jour. // Source : Captures Numerama
La mise en veille a été ajoutée dans une mise à jour via le Play Store. // Source : Captures Numerama

Ce qui est étonnant est que cette liberté convienne à Apple, qui pourrait être tentée de privilégier son iPhone. Ce fonctionnement profite aussi aux réglages, complètement intégrés à l’application et plus complets. Sur iPhone, Apple ne veut sans doute pas rendre son application trop compliquée et cache donc les réglages ailleurs, quitte à les simplifier au maximum.

Que faut-il conclure de tout ça ? Qu’Apple devrait sans doute revoir son fonctionnement avec les applications intégrées. Si l’équipe Apple Music pouvait déployer des mises à jour quand elle le voulait, et non pas attendre iOS 16, iOS 16.1 ou iOS 17, alors elle avancerait beaucoup plus vite. En attendant la sortie de notre test du dernier smartphone pliant de Samsung, on va continuer de profiter au maximum de cet Apple Music amélioré.