En 2021, Apple a amélioré son offre de streaming musical en proposant des titres au format sans perte (Lossless). Mais qu’est ce que ça veut dire exactement ? Et est-ce que vous en avez besoin ?

En 2021, Apple se lançait dans le format Lossless, dit sans perte, avec son abonnement Apple Music (sans surcoût). Il s’agit d’une option permettant de profiter un peu plus de ses morceaux favoris, à condition d’être équipé et d’avoir l’oreille suffisamment sensible. Traduction : à condition d’être un puriste.

Selon les informations de 9to5Mac publiées le 2 janvier 2022, la firme de Cupertino pourrait davantage démocratiser le format Lossless en rendant sa future génération d’AirPods Pro compatible. Aujourd’hui, aucun accessoire Bluetooth vendu par Apple ne l’est.

En somme, si les AirPods Pro 2 s’avèrent effectivement compatibles avec le Lossless, alors de plus en plus de propriétaires d’un iPhone ou d’un iPad pourront découvrir ce format plus audiophile. Mais au fait, c’est quoi le Lossless au juste ?

Le Lossless sur Apple Music
Le Lossless sur Apple Music

Lossless, 24-bits 48 kHz, kézako ?

Les services comme Spotify, Deezer, Amazon Music, Qobuz, Tidal ou encore Apple Music proposent d’ores et déjà des offres « lossless » (sans perte) censées convaincre les plus audiophiles d’entre nous avec une qualité meilleure que celle des MP3. Les différents acteurs du marché baptisent cette option avec des noms évocateurs. Par exemple, chez Spotify, à l’instar de Deezer et de Tidal, le Lossless est appelé HiFi. Ce format se traduit par une compression qui préserve toutes les données d’origine (d’où le sans perte). Cela permet d’obtenir des résolutions allant de 16 bits/44,1 kHz (qualité CD) à 24 bits/192 kHz (Hi-Res).

Si les chiffres précédents ne vous parlent pas, il y a de fortes chances pour que vous ne soyez pas le public cible de cette nouvelle option. Pour faire simple, les kHz (kilohertz) correspondent à l’échantillonnage, c’est à dire en combien d’échantillons est découpée une seconde de signal audio. Les bits correspondent quant à eux à l’encodage, c’est-à-dire la largeur du signal entre un son inaudible et le son le plus fort. Techniquement, plus ces deux valeurs sont élevées, meilleur est le son puisqu’il sera plus facile de reproduire des fréquences élevées et de laisser s’exprimer l’intégralité de la scène sonore (toutes les nuances entre le pianissimo et le fortissimo).

Du matériel de qualité et une oreille entraînée

Mais à moins que vous ayez du très bon matériel audio et une oreille finement entraînée, pas sûre que la différence saute aux oreilles tout de suite. Pour exprimer ses pleines capacités, ces formats sans pertes ont besoin d’être joués sur des casques ou des enceintes de très bonne qualité, au sein d’un environnement contrôlé. Si vous écoutez votre musique avec les écouteurs disponibles avec votre smartphone, la différence ne se remarquera pas. En usage nomade, dans le bruit des transports en commun ou dans la rue, la précision du signal sans perte se perdra sans doute dans le brouhaha ambiant. Dans sa FAQ, Apple précise d’ailleurs que le Lossless fonctionne avec une connexion filaire (casque, récepteurs ou enceintes amplifiées), les haut-parleurs intégrés et un convertisseur numérique-analogique externe. Bref, oubliez vos écouteurs Bluetooth, même les plus onéreux du marché.

À l’heure actuelle, aucun codec Bluetooth ne permet de transmettre un flux sans perte avec la qualité maximale (Hi-Res). Au mieux, vous pouvez obtenir la qualité CD. C’est par exemple le cas du casque Sony WH-1000X4, à associer, bien sûr, à une plateforme de streaming compatible.

Si vous avez une excellente installation audio chez vous et que vous jouez souvent des musiques à faire trembler les murs, alors peut-être que ces offres pourraient vous convenir, et encore, cela dépendra de votre capacité à percevoir toutes les subtilités d’un signal audio. Pour savoir si vous avez l’oreille d’un ou une mélomane, le site NPR a mis en place un test tout simple qui vous demande de trancher entre trois extraits de chanson, l’un non compressé et les deux autres compressés. À moins que vous ne parveniez à avoir tout bon au quiz, il y a de fortes chances pour que le Lossless ne soit pas pour vous.

apple-music-illus2
Remarquez les petits logo Dolby, et Lossless sur cette version d’Apple Music. // Source : Apple

Des limitations techniques

Au-delà de la logistique, le Lossless implique quelques contraintes techniques. En effet, le streaming sans perte  « consomme beaucoup plus de données » et occupe beaucoup plus de place si vous téléchargez des titres. Pour donner un ordre de grandeur Apple précise que « 10 Go d’espace peuvent stocker environ 3 000 chansons en haute qualité, 1 000 chansons en lossless, 200 chansons en hi-res lossless. »

Pour résumer, le streaming haute qualité vous sera utile si vous avez une oreille attentive, du très bon matériel d’écoute et que vous profitez plus de votre musique chez vous que dans le brouhaha de la ville. Soyons clairs, l’apparition de format haute qualité est une bonne chose pour le monde de la musique, qui revient de très loin (coucou les MP3 médiocres récupéré sur eMule en 2001), mais ils ne sont simplement pas pertinents pour tout le monde. Et il n’est pas certain que des AirPods Pro y changent quoi que ce soit.