LG lance de nouveaux écouteurs haut de gamme. Pour moins de 230 €, les T90Q parviennent à surclasser leurs prédécesseurs, décevants sur bien des points.

Boîtier de recharge sans fil capable de devenir un dongle Bluetooth, technologie de nettoyage, Dolby Atmos avec suivi de la tête, application ultra complète, réduction de bruit active… La fiche technique des écouteurs Tone Free T90Q de LG est très, très copieuse et justifie un tarif de lancement à 229 € — sur un segment très, très concurrentiel.

Attention, les Tone Free T90Q ont fort à faire. En 2021, les FP8 étaient plus que perfectibles et LG doit, en quelque sorte, rectifier le tir. Après plusieurs jours d’utilisation, on peut souligner de réels progrès réalisés.

La petite zone tactile des écouteurs LG Tone Free T90Q
La petite zone tactile des écouteurs LG Tone Free T90Q. // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Toujours le même design

Certification IPX4

Les T90Q sont certifiés IPX4, signifiant qu’ils résistent aux éclaboussures et à la transpiration. Pour la salle de sport, ils peuvent donc être indiqués.

Quand LG trouve un design satisfaisant, la firme coréenne s’y tient. On a pu le remarquer avec ses téléviseurs OLED, et ce constat vaut aussi pour ses écouteurs. Les Tone Free T90Q ressemblent aux FP9 qui ressemblent eux-mêmes aux FP8. Concrètement, ces écouteurs s’inspirent du look des AirPods Pro d’Apple, avec une tige ultra courte qui se révèle plutôt élégante. Les Tone Free T90Q sont assez sobres et bien conçus. LG a quand même retravaillé certains détails, avec une surface tactile mieux fondue, surmontée d’un point plus discret (il permet de mieux localiser ladite surface tactile, commune aux deux écouteurs).

Pour le boîtier, là encore, on ne change pas une équipe qui gagne. Les Tone Free T90Q viennent se ranger dans un écrin circulaire, qui se distingue par l’intégration de la technologie de nettoyage fonctionnant par des UV (qui s’attaquent à l’invisible, comme les bactéries E. coli et S. aureus). On retrouve aussi la fonctionnalité Plug & Wireless, qui permet d’utiliser les T90Q sur des appareils qui n’auraient pas le Bluetooth. Concrètement, le boîtier se transforme alors en dongle à brancher sur un port jack. Cette spécificité permet d’utiliser les T90Q dans un avion ou sur une console de jeux vidéo.

Le nettoyage par UV des écouteurs LG Tone Free T90Q
Le nettoyage par UV des écouteurs LG Tone Free T90Q. // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Plein d’options de personnalisation

Il semblerait que LG ait revu sa copie en matière d’ergonomie. Contrairement aux FP8 que nous avions testés l’an dernier, on n’a pas eu à lier deux fois les T90Q à notre iPhone (qui n’occupent qu’une seule ligne dans les paramètres Bluetooth). Sinon, il faut toujours s’en remettre à une application complète, quoiqu’un peu trop chargée, pour personnaliser plusieurs facettes des écouteurs. Mises à jour, gestion de la réduction de bruit, égaliseur, fonctions annexes (exemple : le multipoint)… Les T90Q ne manquent d’absolument rien.

Par défaut, les zones tactiles autorisent les commandes suivantes :

Écouteur droitÉcouteur gauche
Toucher 1 foisLectureLecture
Toucher 2 foisAugmenter le volumeDiminuer le volume
Toucher 3 foisChanson suivanteChanson suivante
Toucher & maintenirGérer l’ANCGérer l’ANC

Bonne nouvelle : tout est paramétrable dans l’application. Vous pouvez par exemple choisir d’attribuer l’intégralité de la gestion du volume sur un seul écouteur — ou tout désactiver si vous n’aimez pas ce type d’interface. À l’usage, les zones tactiles sont plutôt convaincantes, avec une sensibilité bien réglée et une latence ultra faible (en prime, on entend un petit clic à chaque appui). Après, il faut aimer tapoter sur un objet enfoncé dans son oreille…

Au top du confort

Dans la mesure où les T90Q ressemblent beaucoup aux FP8, le confort est similaire, c’est-à-dire irréprochable (sauf si vous détestez le format intra). On vous conseillera quand même de passer par l’application pour vérifier que vous utilisez les bons embouts afin d’obtenir « une qualité sonore et un effet antibruit optimaux ». Le principe est simple : on porte les écouteurs et on laisse l’application réaliser un test qui pourra être concluant ou non. Trois tailles sont fournies.

Un écouteur LG Tone Free T90Q
Un écouteur LG Tone Free T90Q. // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Du mieux dans les performances acoustiques

Avec les Tone Free FP8, LG n’était pas parvenu à nous convaincre sur la restitution sonore. Est-ce le cas avec les T90Q ? On est encore loin de la perfection, mais force est de reconnaître qu’il y a du mieux : on sent que le rendu est beaucoup moins plat et, surtout, beaucoup plus valorisé. Il manque encore d’un tantinet de précision, mais la courbe de progression est nette, avec des ingénieurs sur la bonne voie. La dynamique est plutôt bonne, avec un niveau de basses largement suffisant (il y a de la chaleur) tandis que l’équilibre général est appréciable — en passant sur le profil Natural (le plus juste). Si vous aimez être secoué, optez pour Bass Boost, au risque de subir un peu de distorsion. Dans tous les cas, la griffe Meridian se fait un peu plus sentir sur ces écouteurs. Et c’est tant mieux.

Il y a du mieux !

En termes de réduction de bruit active, là encore, on ressent une légère amélioration. Les T90Q s’appuient sur trois microphones, couplés à un capteur à conduction osseuse, pour isoler au maximum l’utilisatrice ou l’utilisateur. Certains sons parviennent encore à passer à travers les mailles du filet (y compris des voix extérieures, qui donneront l’impression d’avoir de l’écho), même quand on lance un morceau de musique. Sur ce critère, la concurrence reste encore devant, mais LG parvient à combler une partie de son retard. De toute façon, la réduction de bruit active mérite d’être activée rien que pour son apport sur les performances sonores.

À noter que les T90Q sont compatibles avec le format Dolby Atmos, qui étend un peu plus la scène grâce une précision accrue et des effets 3D. Bien évidemment, il faut que l’appareil de lecture le soit aussi, tout comme le contenu que vous lisez (musique, film, série, jeux vidéo…). Si cette compatibilité est appréciable, il faut reconnaître que des écouteurs sont moins adaptés à l’exigence voulue par le Dolby Atmos (qui s’exprime bien mieux avec une installation associant plusieurs enceintes). Là, on pense davantage à un joli macaron marketing.

Enfin, les T90Q offrent une restitution avec suivi des mouvements de la tête. Vous regardez à droite ? Le son sera concentré sur l’oreille de droite. C’est déroutant, mais à tester, sachant que le but est de renforcer l’immersion.

Les écouteurs LG Tone Free T90Q dans leur boîtier de recharge
Les écouteurs LG Tone Free T90Q dans leur boîtier de recharge // Source : Maxime Claudel pour Numerama

Jusqu’à 32 heures d’écoute

LG annonce 32 heures d’autonomie totale avec ses T90Q (contre 24 heures pour les FP8), ce qui correspond à quatre cycles de 8 heures. Ces chiffres sont indiqués sans la réduction de bruit active, ce qui donne une autonomie plus proche des 5 heures en une seule charge. Le boîtier est compatible avec la charge sans fil, et dispose aussi d’un port USB-C.

Le verdict

Les écouteurs LG Tone Free T90Q dans leur boîtier de recharge // Source : Maxime Claudel pour Numerama
7/10

LG Tone Free T90Q

Voir la fiche
Il n’y a pas d’offres pour le moment

Après une génération décevante en 2021, LG revient avec des écouteurs toujours plus ambitieux. Les T90Q font tout mieux que leurs prédécesseurs, dans un design quasi similaire. Pour un peu plus de 200 €, ils s’imposent comme un accessoire audio polyvalent et bardé de fonctionnalités, y compris en matière de personnalisation.
Et on peut sans aucun problème affirmer que l’évolution est nette par rapport aux FP8, qui pêchaient un peu trop dans la restitution sonore. C’est une belle progression pour ces T90Q, qui assurent un confort indéniable et proposent, en plus, du rendu audio 3D avec suivi de la tête. Sur un marché où la concurrence est rude, ces distinctions peuvent faire la différence.