Le port du masque en extérieur est obligatoire à Paris dans des circonstances spécifiques. Voici lesquelles.

Le port du masque revient à l’extérieur dans Paris, mais pas n’importe où. Lors d’une décision rendue le 12 janvier 2022, le Conseil d’État (plus haute juridiction administrative de France) avait appelé à ce que les préfets n’imposent le port du masque en extérieur contre le coronavirus « qu’à certaines conditions ». Parmi elles, il faut que la « situation épidémiologique locale le justifie », ainsi que des horaires et des lieux où le masque présente un réel intérêt sanitaire.

Quelques jours après, l’arrêté préfectoral imposant le port du masque dans tout Paris avait été suspendu par le tribunal administratif. Cette obligation ne respectait pas, selon les juges, les conditions restrictives posées par le Conseil d’État. Cette suspension fut de courte durée. Ce lundi 17 janvier 2022, un nouvel arrêté préfectoral a été adopté.

L’obligation de port du masque en extérieur est rétablie… mais cette fois-ci, en application des limites posées par le Conseil d’État. Voici les situations où cela s’applique.

masque_covid_rue
En extérieur, le masque doit être porté dans les lieux où la distanciation physique est impossible. // Source : Pexels

Le port du masque en extérieur n’est pas obligatoire dans tout Paris

L’arrêté pris le 17 janvier 2022 applique le port du masque obligatoire en extérieur dans les situations propices à une forte densité de population. Rappelons que le coronavirus SARS-CoV-2 est aérosol : l’aération est absolument déterminante en intérieur. Conséquence subsidiaire, les risques sont plus que moindres en extérieur. Mais dans des situations où les gestes barrières ne peuvent être appliqués, les risques ne sont pas totalement exclus.

Le port du masque s’applique dans ces situations « où la distanciation sociale d’un mètre entre les personnes risque de ne pas être respectée » :

  • Marchés, brocantes, vide-greniers, ventes au déballage ;
  • Files d’attente dans l’espace public ;
  • Tous les rassemblements, manifestations, réunions ou activités réunissant 10 personnes ou plus, organisés sur la voie publique, quel que soit l’objet ;
  • Dans les lieux d’attente des transports en commun, comme les arrêts de bus et de tramway, ainsi qu’à leur proximité immédiate ;
  • Aux abords des gares et des centres commerciaux, à leurs heures d’ouverture ;
  • Aux abords des établissements scolaires ou universitaires, aux heures d’entrée et de sortie ;
  • Aux abords des lieux de culte, aux heures d’entrée et de sortie du public lors des offices et cérémonies.

L’arrêté précise qu’il n’y aura pas de découpage en zones particulières. Ces règles s’appliquent dans tout Paris.