Face aux variants Delta et Omicron, le Conseil scientifique appelle à limiter toute participation à des événements non masqués, tels que les déjeuners, fêtes, etc., en amont des fêtes de fin d’année. Il dresse toute une série de recommandations individuelles et collectives.

« Le freinage de la circulation du virus repose à la fois sur des mesures de contrôle qui relèvent de décisions gouvernementales, notamment dans l’espace public, et de mesures individuelles visant à limiter les comportements à risque », rappelle le Conseil scientifique dans un avis émis le 8 décembre 2021 et dorénavant accessible en ligne.

Dans cet avis intitulé « Fin d’année 2021 : comment concilier les enjeux sanitaires et sociétaux ? », les scientifiques de ce conseil consultatif prennent acte de la situation sanitaire actuelle en prévoyant des semaines à venir « marquées par une augmentation des admissions hospitalières de patients COVID-19 en lien avec la 5ème vague du variant Delta, avec un pic d’admissions à l’hôpital qui pourrait être supérieur à 2 000 par jour (proche du niveau observé lors de la deuxième vague de l’automne 2020) ». S’ajoute les risques posés par le nouveau variant Omicron, potentiellement plus contagieux.

Face à ce qu’il estime être une double menace, celle du Delta et d’Omicron, le Conseil scientifique dresse des recommandations sur les mesures individuelles et collectives pour cette fin d’année.

Avant Noël, limiter les contacts et les événements

Rappelant que deux clusters importants du variant Omicron ont eu lieu lors d’une fête de Noël dans un restaurant et lors d’une soirée étudiante, les scientifiques relèvent la potentialité que ce variant soit « capable de se transmettre très efficacement dans des populations vaccinées, à l’occasion d’évènements rassemblant en lieux clos des personnes ne portant pas de masques, et parlant fort, criant, ou chantant ».

Ils en déduisent de fait des dispositions individuelles et collectives pour les fêtes de fin d’année.

Pour les mesures individuelles :

  • Le port du masque reste nécessaire en lieu clos, ainsi que dans des lieux ouverts à forte densité ;
  • L’aération régulière du lieu est un geste largement déterminant (environ 10 minutes toutes les heures), avec, quand c’est possible, un capteur de CO2 ;
  • La diminution du nombre de contacts rapprochés (la bise en fait partie et elle n’est pas nécessaire) ;
  • Les tests antigéniques avant les réunions privées ;
  • L’hygiène des mains et la désinfection des surfaces ;

Pour les réunions familiales de type repas de Noël, le Conseil scientifique recommande plus précisément :

  • De « limiter le nombre de participants » ;
  • De s’assurer que « les personnes fragiles ont bien reçu leur dose de rappel » ;
  • D’aérer « régulièrement » les lieux ;
  • De pratiquer un autotest le jour même ou un test antigénique « la veille ou le jour-même de l’évènement ».

Le Conseil scientifique rappelle sur ce point que ces mesures ont fait leurs preuves en 2020 : « les Français avaient été très respectueux vis-à-vis des mesures de protection l’an dernier ». L’avis précise de réitérer la pratique consistant à se faire dépister la veille ou le jour même de l’événement familial. Par ailleurs, ajoutons une nouvelle fois que l’aération peut changer la donne et consiste simplement une fenêtre ou une porte entrouverte quelques minutes, très régulièrement, ce qui n’est pas un obstacle à la bonne tenue de l’événement.

Comment passer un Noël sans risque malgré la 5e vague covid
Pour passer un beau Noël, prendre soin les uns des autres en respectant certaines règles. // Source : Pexels

Des comportements collectifs, notamment en prévision des réunions pour les fêtes, sont encouragés :

  • Le port du masque doit rester un « impératif absolu » au quotidien ;
  • Il serait très efficace, selon le Conseil scientifique, de « renoncer immédiatement à tout rassemblement collectif en lieu clos où le port du masque n’est pas possible ou approprié au format, en particulier tous les rassemblements avec consommation de boissons et de nourriture » ;
  • Le Conseil scientifique invite les administrations, entreprises, associations et autres organisations à participer à cet effort collectif, pendant cette période particulière, ce qui consiste à « annuler immédiatement tous les événements prévus en décembre, et de demander aux collaborateurs qui le peuvent de privilégier le télétravail » ;
  • Cet effort doit aussi être à l’échelle individuelle : « (…) le comportement le plus adéquat consiste à renoncer le plus possible, et ce au moins jusqu’aux fêtes de fin d’année, à participer, sans port permanent du masque, aux rassemblements collectifs, fêtes, réceptions, déjeuners, diners ou soirées » ;
  • Pour les événements qui se maintiennent malgré tout, en intérieur comme en extérieur, l’obligation de pass sanitaire est « fortement recommandée aux organisateurs de ces réunions ».

Le Conseil scientifique estime que la situation sanitaire tendue va durer pendant toutes les fêtes et s’étendre un certain temps après elles. Il appelle le gouvernement à « anticiper vis-à-vis du variant Omicron, et ce malgré les incertitudes », mais aussi à « renforcer les capacités hospitalières ».