Perseverance s'éloigne de « Citadelle », où il a pris deux échantillons martiens, pour se diriger vers le sud de Séítah. Il lui faut entre un et deux jours pour faire ce trajet, ce qui peut sembler très lent. À quelle vitesse évolue le rover sur Mars ?

Ses deux premiers échantillons bien à l’abri, scellés dans son « ventre », Perseverance repart en quête d’autres cibles à forer. La Nasa a donné des nouvelles du rover sur Twitter le 15 septembre 2021 : « Je serpente prudemment à travers des ondulations sablonneuses, tout en admirant la vue des roches stratifiées autour de moi. Avec un ou deux jours de conduite de plus, je devrais arriver à ma prochaine destination », écrit l’agence spatiale, prêtant une voix à l’astromobile.

Actuellement, le rover descend d’une crête pour se diriger vers une zone baptisée « Sud Séítah », où lui et l’hélicoptère Ingenuity ont repéré des cibles prometteuses. Si l’on regarde une carte de Mars, on peut être surpris qu’il faille tant de temps au rover pour atteindre le sud de la région Séítah, car elle parait très proche de « Citadelle », la zone où les deux premiers prélèvements ont été extraits.

Trajectoire de Perseverance sur Mars. Il a prélevé les échantillons à « Citadelle » et se dirige au sud de Séítah. // Source : NASA/JPL-Caltech/University of Arizona/USGS (image annotée)

Le rover Perseverance roule lentement

À quelle vitesse roule Perseverance ? Comme l’explique la Nasa sur le site de la mission, « selon les normes des véhicules terrestres, Perseverance est lent. Selon les normes des véhicules martiens, cependant, Perseverance est remarquable ». Sur un terrain plat et dur, Perseverance peut rouler jusqu’à 4,2 centimètres par seconde, soit 152 mètres parcourus par heure. À titre de comparaison, indique l’agence spatiale, un rythme de marche lente chez un adulte humain correspond à un peu moins de 4,8 kilomètres par heure, soit 31 fois plus rapide que Percy. L’autre rover martien de la Nasa Curiosity, auquel Perseverance ressemble beaucoup, peut parcourir jusqu’à 90 mètres par heure, ce qui est encore plus lent.

Même si l’on peut se dire en souriant que Perseverance est un peu paresseux, la Nasa souligne qu’il faut remettre cette vitesse dans le contexte d’une mission d’exploration d’une autre planète : « Dans le cas de l’exploration de Mars, cependant, la vitesse n’est pas la qualité la plus pertinente. » Autrement dit, l’essentiel est le voyage en lui-même, ainsi que les différentes destinations du rover sur sa trajectoire. Cette lenteur a aussi un intérêt logistique : « Le rythme lent est économe en énergie et consomme moins de 200 watts ». Pour rappel, la mission du rover doit au moins durer une année martienne (environ 687 jours terrestres) : la priorité n’est d’aller vite, mais de fonctionner longtemps.

« Lent, moi ? Je profite de la vie. » // Source : Nino Barbey pour Numerama

La position de Perseverance sur Mars peut être suivie via cette carte, sur laquelle figure aussi l’emplacement d’Ingenuity. Vous pouvez ainsi assister à sa lente déambulation vers le sud de Séítah, où l’astromobile trouvera peut-être d’autres roches aussi intéressantes que « Rochette ».

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo