Il était conçu pour fonctionner pendant au moins 90 jours sur Mars. Le rover Zhurong vient de dépasser ce délai et l'agence spatiale chinoise veut continuer la mission. Une période de cessation temporaire de ses activités l'attend cependant.

Il y a déjà plus de 90 jours que Zhurong explore la surface de Mars. C’est la durée pendant laquelle l’astromobile de la mission Tianwen-1 avait été conçu pour fonctionner. Le 18 août 2021, l’Administration spatiale nationale chinoise (CNSA) a confirmé que cette échéance ne marquait pas la fin des activités du rover. Zhurong va continuer sa mission scientifique. Il s’était posé sur Mars le 15 mai, avant de descendre de sa plateforme d’atterrissage une semaine plus tard.

« Le rover chinois martien Zhurong a dépassé son espérance de vie de trois mois avec toutes ses tâches prédéterminées achevées », fait savoir la CNSA. Sur le plan scientifique comme technologique, le robot a atteint les objectifs qui avaient été fixés. L’agence spatiale ajoute que « le robot de 1,85 mètre de haut, qui se trouve maintenant à des centaines de millions de kilomètres de la Terre, va mener une expédition prolongée vers une ancienne zone côtière d’Utopia Planitia, une grande plaine située dans le plus grand bassin d’impact connu du système solaire. »

Le premier selfie de Zhurong sur Mars. // Source : CNSA (image recadrée)

Zhurong devra temporairement suspendre ses opérations

Pendant les 90 premiers jours de sa mission, Zhurong a parcouru au total 999 mètres et enregistré 10 Go de données. Quelle est la prochaine étape qui l’attend ? Si le rover ne cesse pas définitivement ses activités, il va prochainement connaître une période de suspension de ses opérations, de la mi-septembre à la fin du mois d’octobre. La CNSA prend cette décision afin d’anticiper une période pendant laquelle les communications de Zhurong avec la Terre risquent d’être perturbées, à cause du rayonnement électromagnétique solaire.

La plaine Utopia Planitia, où Zhurong s’est posé, se situe dans l’hémisphère nord de Mars. Par le passé, la zone a déjà été explorée par la sonde Viking 2. Il s’agit d’un endroit très plat, ce qui facilite l’atterrissage. Cependant, cela signifie aussi que le rover doit beaucoup rouler pour s’éloigner de son site d’atterrissage, où il n’y avait pas grand-chose à explorer. L’extension de la mission de Zhurong devrait donc lui laisser l’occasion d’avancer encore plus, pour explorer les environs et repérer des cibles intéressantes à analyser.

Il faut enfin garder à l’esprit que la CNSA est parfois avare en détail sur les progrès de son rover. Comme l’agence spatiale nous y habitués depuis la mi-mai, il faudra peut-être encore faire preuve de patience pour découvrir les prochaines réalisations de Zhurong sur Mars.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo