Ce nouveau selfie de Curiosity sur Mars est pris en lumière naturelle : le rover n'a pas utilisé les LEDs de son instrument MAHLI pour immortaliser sa propre tête. Seul le Soleil l'éclaire, par une belle matinée martienne.

Depuis neuf ans qu’il arpente la surface de Mars, Curiosity est devenu expert dans l’art de l’autoportrait. La Nasa a encore présenté un nouveau selfie de son rover, le 24 août 2021. Sa particularité est d’avoir été pris en lumière naturelle. « J’ai pris cette image à l’aide de mon Mars Hand Lens Imager (MAHLI) qui se trouve sur la tourelle au bout de mon bras. Toutes les LEDs étaient éteintes, donc le Soleil est ma seule source d’éclairage », détaille le compte Twitter @MarsCuriosity.

L’image brute est également visible sur le site de la Nasa consacré aux missions d’exploration de Mars. On y apprend que l’astromobile a pris ce cliché le 22 août dernier, au cours de la matinée. Il s’agissait alors du 3 215e sol (le nom du jour sur Mars) de la mission de Curiosity. Le couvercle ainsi-poussière de l’instrument MALHI était ouvert et l’objectif de la caméra se trouvait à moins de 30 centimètres de la tête du rover.

« Hashtag No filter. » // Source : NASA/JPL-Caltech/MSSS

Toutes les LEDs de l’instrument étaient éteintes

Comme l’explique l’agence spatiale dans la description de la photo, « la plupart des images acquises par MAHLI à la lumière du jour utilisent le Soleil comme source d’éclairage ». Néanmoins, l’instrument est équipé de diodes électroluminescentes (LEDs). Cet éclairage est divisé en trois groupes de LEDs : deux en lumière blanche et un en lumière ultraviolette. Ainsi, le robot peut prendre des images s’il fait nuit ou il peut utiliser la fluorescence (qui aide à déterminer les caractéristiques des matériaux). Quand Curiosity a pris cette photo le matin du 22 août, aucune des LEDs, ni en lumière blanche ni en ultraviolet, n’était allumée.

Depuis son arrivée sur Mars en 2012, Curiosity a pris au total 835 000 images brutes (on parle d’images brutes pour désigner celles qui n’ont pas été retravaillées ou assemblées) avec ses caméras, incluant des vues de la surface rocheuse de Mars, de ses dunes, de son ciel ou ses nuages. Le rover n’est évidemment pas seulement occupé à mitrailler le paysage : ses analyses servent surtout à mieux connaître la planète rouge et son histoire.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo