Deux rovers fonctionnent désormais à la surface de Mars pour le compte de la Nasa. Combien de kilomètres séparent Curiosity et Perseverance ? Bien trop pour espérer qu'ils puissent se croiser.

Depuis le soir du 18 février 2021, la Nasa dispose d’un deuxième rover actif à la surface de Mars. Perseverance a rejoint Curiosity sur la planète rouge. Mais si vous espérez que les deux astromobiles se rencontrent un jour, ce n’est pas du tout au programme, d’autant plus qu’une distance importante les sépare. Combien de kilomètres, exactement ?

La réponse a été apportée en image, par Erwin Dehouck, chercheur au CNRS à Lyon et spécialisé dans la minéralogie et la géochimie à la surface de Mars. Il a indiqué dans un tweet le 27 février 2021 que 3 730 kilomètres séparaient Perseverance et Curiosity sur la planète rouge — l’agence spatiale avait aussi mentionné cet ordre de grandeur sur son site dédié à la mission Mars 2020.

Comment se représenter une telle distance ? « C’est approximativement la même distance qu’entre Reykjavik, au sud-ouest de l’Islande, et Odessa, au bord de la mer Noire. Ou encore entre Los Angeles, sur la côte ouest des États-Unis, et Baltimore, sur la côte est », résume Erwin Dehouck dans un autre tweet.

Où se sont posés les deux rovers ?

Perseverance a atterri dans le cratère Jezero, qui mesure 45 kilomètres de large. On soupçonne qu’il a dû être rempli d’eau par le passé. Il se trouve à l’ouest d’Isidis Planitia, un bassin d’impact au qui se trouve au nord de l’équateur martien.

Curiosity s’est quant à lui posé en août 2012 dans le cratère Gale, de 155 kilomètres de large. Il se trouve au sud d’Elysium Planitia, une région volcanique de Mars située sur l’équateur.

Que voient-ils de différent ?

Le rover Curiosity est « au pied d’une montagne en strates » dans le cratère Gale, décrit la Nasa. Dans la portion du cratère où évolue l’astromobile, il est proche de ce qu’on appelle un cône alluvial (ou cône de déjection), c’est-à-dire un amas de sédiments qui ont probablement été déposés là par de l’eau. Les strates qui se trouvent à la base de la montagne renferment des argiles et des sulfates. La stratégie avec Curiosity s’inscrit dans le slogan « Follow the Water » (« Suivre l’eau ») du programme d’exploration de Mars par la Nasa. Mieux comprendre le rôle de l’eau sur cette planète est crucial pour étudier sa potentielle habitabilité, et dans la recherche de ressources pour de futures missions habitées.

Il y a des similitudes avec le choix du cratère Jezero pour Perseverance. Le rover est posé sur un terrain plat, non loin du delta qu’il devra explorer. Cette structure a vraisemblablement été formée par des sédiments apportés par de l’eau. Le cratère doit contenir des argiles, ce qui en fait un lieu idéal pour rechercher s’il s’agissait d’un environnement potentiellement habitable par le passé. Dans cette zone, le rover va pouvoir accéder à des zones âgées de 3,6 milliards d’années.

Les motivations derrière le choix des sites d’atterrissage de Perseverance et Curiosity sont donc assez comparables (la présence de sédiments sans doute apportés par de l’eau), mais les deux rovers n’ont pas exactement les mêmes moyens pour accomplir leur mission. Contrairement à Curiosity, Perseverance embarque un système qui lui permettra de collecter et de stocker des échantillons martiens, destinés à revenir un jour sur Terre.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo