Le déploiement d'Ingenuity sur Mars est pour bientôt. Le petit hélicoptère va être déposé au sol par le rover Perseverance, en plusieurs étapes. Une fois séparé de l'astromobile, Ingenuity sera livré à lui-même.

Le premier vol de l’hélicoptère Ingenuity sur Mars doit avoir lieu au plus tôt le 8 avril 2021, selon les précisions récemment données par la Nasa. Cette date est susceptible de changer, car il faut franchir plusieurs étapes avant la première tentative de décollage du petit engin. L’une d’elles est déjà passée : la coque qui protégeait Ingenuity, solidement attaché sous le ventre du rover Perseverance, a été larguée le 21 mars.

Avant même de poser l’hélicoptère, il faudra s’assurer de l’emplacement de Perseverance. Ingenuity doit prendre place dans une zone qualifiée d’ « aérodrome », une parcelle formant un carré de 10 mètres de côté. La zone a été choisie, car elle est assez plate et ne présente pas d’obstacle, a résumé la Nasa dans un communiqué le 23 mars. Une fois que le rover sera au bon endroit, le processus de déploiement de l’hélicoptère à la surface martienne pourra commencer. Il doit prendre 6 sols (le nom du jour sur Mars), soit 6 jours et 4 heures sur Terre.

La zone où Perseverance posera Ingenuity sur Mars est représentée par le carré vert central. // Source : NASA/JPL-Caltech (photo recadrée et annotée)

Lorsque le déploiement sera entamé, il ne sera plus possible de revenir en arrière. Les actions seront irréversibles, précise l’agence spatiale.

6 sols pour déployer l’hélico

Voici ce qui va se passer lors des différents sols du déploiement.

  • Sol 1 : les équipes de la mission activent « un dispositif de rupture du verrou ». Le mécanisme de verrouillage, qui servait à retenir l’hélicoptère contre le ventre de Perseverance pendant le lancement et l’atterrissage, est libéré.
  • Sol 2 : un dispositif pyrotechnique est déclenché pour couper les câbles. Le bras qui retient Ingenuity peut commencer à le faire tourner. L’hélicoptère déplie deux de ses pieds (il en possède quatre).
  • Sol 3 : Ingenuity continue à tourner, à l’aide d’un petit moteur électrique cette fois. Il pivote jusqu’à être verrouillé, complètement à la verticale.
  • Sol 4 : les deux autres pieds sont dépliés. Ingenuity se retrouve suspendu à environ 13 centimètres au-dessus du sol de Mars. Il n’est plus relié à Perseverance que par un bouton et une dizaine de tous petits contacts électriques.
  • Sol 5 : Ingenuity profite d’être encore lié à Perseverance pour l’utiliser comme source d’énergie et charger sa propre batterie.
  • Sol 6 : les équipes de la mission vérifient qu’Ingenuity a bien été largué et que ses pieds sont en contact avec le sol de Mars, et que le rover Perseverance s’est éloigné d’environ 5 mètres. Le rover doit bouger le plus vite possible, pour exposer Ingenuity aux rayons du Soleil (et qu’il puisse recharger sa batterie). Il faut aussi vérifier que le rover et l’hélicoptère peuvent communiquer.

Pendant les quatre premiers sols, la caméra WATSON, située sur l’instrument SHERLOC, doit prendre des photos pour confirmer que le déploiement d’Ingenuity se passe correctement. Le sixième sol marque le début de la mission d’Ingenuity, d’une durée de 30 sols : toutes les vérifications et tous les tests de vol doivent avoir lieu dans ce laps de temps.

Et ensuite ?

Pour rappel, la Nasa cherche avant tout à faire une démonstration technologique avec Ingenuity : l’objectif est de tenter de voler sur la planète rouge. L’hélicoptère n’embarque pas d’instrument scientifique. S’il survit à sa première nuit seul sur Mars, Ingenuity fera ensuite l’objet de contrôles : les équipes vont faire bouger ses pales, tandis que son train d’atterrissage restera au sol. Quand la première tentative de vol pourra avoir lieu, c’est par l’intermédiaire de Perseverance que les instructions finales seront transmises à Ingenuity.

Le jour J, l’hélicoptère doit s’élever à une vitesse d’un mètre par seconde, et planer à 3 mètres au-dessus du sol, pour un vol d’une durée de 30 secondes maximum. Il pourra ensuite redescendre et se poser (en espérant qu’il le fasse sans heurts). Il faudra attendre plusieurs heures avant que Perseverance puisse obtenir des données d’ingénierie de l’hélicoptère. L’astromobile devrait aussi avoir ses propres images, prises par les caméras de navigation, à envoyer. Les équipes de la Nasa pourront déjà, à partir de ces éléments, déterminer si le premier vol a été une réussite.

Les images de la caméra de l’hélicoptère devraient parvenir dans les jours suivants à la Nasa, d’abord en noir et blanc puis en couleur. Tous ces éléments seront cruciaux pour déterminer quand et comment pourra être tenté un éventuel deuxième vol.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo