Les solutions hydroalcooliques sont généralement stockées en flacons. Comment les conserver afin de ne pas entraver l'efficacité du gel ? Voici les recommandations à suivre.

Le gel hydroalcoolique fait partie des équipements qui se sont révélés essentiels pour faire face à l’épidémie de coronavirus. Récemment, des images publiées en ligne ont laissé sous-entendre des dangers associés à l’usage de ces produits. Les photos ont en réalité été détournées et ne représentent pas des incidents liés à des usages de gel hydroalcoolique.

En revanche, il est vrai qu’il existe des recommandations pour bien conserver ces produits. Les suivre permet de faire en sorte que le produit reste efficace. Comme l’explique à Numerama Olivier Gras, adjoint au chef de bureau des produits chimiques, au sein de la Direction générale de la prévention des risques (DGPR), ces recommandations sont à la fois adressées aux producteurs, aux distributeurs et aux utilisateurs de ces produits. Elles ont été émises par l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses), qui doit les affiner d’ici mi-juin. « Elles visent en particulier à éviter l’évaporation de l’alcool afin de garantir une teneur suffisante tout au long de la durée de vie du produit pour qu’il reste efficace », résume Olivier Gras.

Voici les principaux conseils à respecter pour bien conserver ces produits.

Respecter la date de péremption

L’étiquette d’une solution de gel hydroalcoolique doit mentionner une date de péremption du produit. « Comme tout dispositif médical, il a une date de péremption. Il faut la respecter », affirme Faïza Bossy, médecin généraliste, interrogée par Numerama.

Le 13 mars dernier, un arrêté a accordé une dérogation pour la mise à disposition de certains produits hydroalcooliques, pour trois formulations (deux formulations de l’OMS et une de l’Anses). Pour les produits autorisés par cet arrêté (qui a été modifié), la date de péremption est fixée à 2 ans après la date de fabrication.

À noter également, qu’une fois le produit ouvert, il est préconisé de ne pas le conserver trop longtemps. Selon l’Anses, « la solution, au contact de l’air et de la peau, est susceptible de se dégrader ».

Du gel hydroalcoolique grand public // Source : Louise Audry pour Numerama

Éviter la chaleur ou le froid

Il convient également d’éviter d’exposer le produit à la chaleur ou au froid. « Le produit est inflammable car il contient de l’alcool. Il ne faut donc pas le mettre près d’une source de chaleur », explique Faïza Bossy. Cette information est normalement indiquée sur le produit.

L’Anses indique que l’exposition à la chaleur risquerait d’entraîner « la possible évaporation de l’alcool qui est la substance active. Une trop forte évaporation de l’alcool risque d’en réduire sa teneur, et par conséquent réduire l’efficacité de la solution ».

La médecin Faïza Bossy ajoute qu’il vaut mieux également éviter de mettre la solution dans le froid, afin d’empêcher que le produit ne se solidifie, ce qui le rendrait alors inutilisable.

Bien fermer le flacon

La DGPR précise qu’il est important de vérifier que le conditionnement contenant le gel hydroalcoolique soit bien refermé entre les utilisations. « Dans le cas de la réutilisation des contenants pour la vente en vrac, il est également conseillé de nettoyer correctement les contenants avant chaque remplissage pour éviter tout risque de contamination », décrit Olivier Gras.

Ne pas le laisser traîner au fond d’un sac

« Comme tout médicament, il faut le ranger à l’abri de la lumière et dans un endroit fermé », recommande Faïza Bossy. Ainsi, mieux vaut éviter de laisser le flacon traîner au fond d’un sac car il risquerait d’y prendre la poussière et, à nouveau, de ne plus être efficace.

Partager sur les réseaux sociaux