L'eau qui se trouvait sans doute autrefois sur Mars devait être salée et riche en minéraux, selon des scientifiques. Ces conditions auraient pu permettent à une vie microbienne d'exister.

L’eau qui existait à la surface de Mars par le passé était certainement salée et riche en minéraux. Des scientifiques expliquent pourquoi dans une étude présentée le 23 janvier 2020. Elle a été publiée dans la revue Nature Communications. Ces conditions auraient pu être propices à l’existence d’une vie microbienne.

La question de savoir si Mars a été habitable dans son passé intrigue la communauté scientifique. Pour en savoir plus, les auteurs de la nouvelle étude se sont intéressés aux minéraux observés aujourd’hui sur la planète, pour en déduire la composition chimique de l’ancienne eau qui s’y trouvait. Les auteurs expliquent que certaines « propriétés des eaux de surface sur la jeune Mars […] fournissent des indices sur le paléoclimat et l’habitabilité ».

Le cratère Gale sur Mars. // Source : Flickr/CC/Kevin Gill

Des sédiments récoltés par le rover Curiosity

Cette étude se penche sur des échantillons, des sédiments collectés par le rover Curiosity, actuellement en mission à la surface de Mars. Le rover s’est posé sur le cratère Gale, qui se serait formé au début de l’histoire de la planète, il y a entre 3,5 et 3,8 milliards d’années. La zone présente des indices indiquant que de l’eau a pu y être présente par le passé. Les échantillons ont été prélevés dans la formation géologique Yellowknife Bay, située dans le cratère. « La formation de Yellowknife Bay a probablement été déposée avec le ralentissement de l’écoulement lorsque les cours d’eau rencontraient un lac dans le cratère Gale », expliquent les auteurs.

L’analyse de ces sédiments incite les scientifiques à conclure que l’eau qui se trouvait à cet endroit était salée. Cette caractéristique serait liée à l’existence des cycles hydrologiques (ou cycles de l’eau, comme celui qui représente le parcours de l’eau sur Terre), qui avaient lieu lors de l’Hespérien, une époque de la géologie martienne — il y a entre 3,7 et 3,2 milliards d’années. Le pH (qui permet d’estimer si une solution est basique ou acide) de cette eau aurait également été proche de celui des océans actuels de la Terre.

Ces éléments vont dans le sens de l’hypothèse selon laquelle les conditions passées sur Mars auraient pu rendre la planète habitable par des microbes. Néanmoins, il ne s’agit en aucun cas d’une preuve que la vie sur Mars a été possible. Cette année, la Nasa prévoie de lancer un nouveau rover dans l’espace : Mars 2020 devrait étudier la possibilité que les conditions aient été favorables à la vie par le passé sur la planète. Le rover, qui n’a pas encore de nom officiel, doit permettre de collecter des échantillons censés ensuite revenir sur Terre.

Partager sur les réseaux sociaux

La suite en vidéo