Les députés européens sont en faveur de la fin du changement d’heure. Le vote du Parlement préconise que les pays décalent une dernière fois leur montre en 2021, en fonction de leur choix de conserver l’heure d’été ou d’hiver.

Heure d’été ou heure d’hiver ? La question risque de se poser pour les États de l’Union européenne. Le Parlement européen a voté le 26 mars 2019 en faveur de la fin du changement d’heure, effective en 2021.

Sauf avis contraire du Conseil de l’Union européenne, les différents États européens devront choisir l’heure à laquelle ils souhaitent rester. Les pays souhaitant conserver l’heure d’été devront décaler une dernière fois les aiguilles de leur montre le dernier dimanche du mois de mars 2021. Pour les États plébiscitant l’heure d’hiver, le dernier changement d’heure aura lieu le dernier dimanche d’octobre, la même année.

Chaque État devra choisir l'heure à laquelle il souhaite rester. // Source : Pexels (photo recadrée)

Chaque État devra choisir l'heure à laquelle il souhaite rester.

Source : Pexels (photo recadrée)

Les Français préfèrent l’heure d’été

En France, une récente consultation menée par l’Assemblée nationale a montré que l’abandon du changement d’heure était un souhait largement partagé. 83 % des participants (plus de 2 millions de personnes) ont choisi cette option. Quant au choix de l’heure à conserver, 59 % des votants ont indiqué vouloir rester à l’heure d’été.

La question de « mettre fin aux changements d’heure saisonniers » était au programme des votes organisés par l’institution européenne, le 26 mars entre 12h30 et 14h30. Le projet de loi a été adopté avec 410 votes. 192 députés se sont exprimés contre le changement d’heure et 51 se sont abstenus. Comme le préconisaient les ministres européens des transports en octobre, les députés ont estimé que la fin du changement d’heure devait être repoussée à 2021, au lieu d’avoir lieu cette année.

L'horloge du musée d'Orsay à Paris. // Source : Pixabay (photo recadrée)

L'horloge du musée d'Orsay à Paris.

Source : Pixabay (photo recadrée)

L’application peut encore être repoussée

Dans un communiqué, le parlement explique vouloir désormais que « les pays de l’Union européenne et la Commission coordonnent leurs décisions pour assurer que l’application de l’heure d’été dans certains pays et de l’heure d’hiver dans d’autres ne perturbe pas le marché intérieur ». Le texte adopté par le Parlement laisse à la Commission la possibilité de soumettre une nouvelle proposition, si ses membres jugent que l’échéance annoncée risque de perturber les échanges au sein de l’union. La Commission pourra alors demander à repousser l’application de la fin du changement d’heure jusqu’à 1 an.

Le texte adopté par le Parlement n’est pas encore adopté définitivement. Il doit maintenant servir dans le cadre de négociations qui seront menées avec le Conseil de l’Union européenne (composé des ministres des États membres).

Le vote du Parlement intervient quelques jours avant un nouveau changement d’heure : dans la nuit du 30 au 31 mars, nous passerons à l’heure d’été. Le changement d’heure a été instauré en 1976 en France, puis il a été harmonisé à l’échelle européenne en 1998. Il servait à l’origine à faire des économies d’énergie. Avec la démocratisation de l’éclairage basse consommation, la nécessité de changer d’heure deux fois par an paraît moins évidente.

Découvrez les bonus

+ rapide, + pratique, + exclusif

Zéro publicité, fonctions avancées de lecture, articles résumés par l'I.A, contenus exclusifs et plus encore.

Découvrez les nombreux avantages de Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Vous avez lu 0 articles sur Numerama ce mois-ci

Il y a une bonne raison de ne pas s'abonner à

Tout le monde n'a pas les moyens de payer pour l'information.
C'est pourquoi nous maintenons notre journalisme ouvert à tous.

Mais si vous le pouvez,
voici trois bonnes raisons de soutenir notre travail :

  • 1 Numerama+ contribue à offrir une expérience gratuite à tous les lecteurs de Numerama.
  • 2 Vous profiterez d'une lecture sans publicité, de nombreuses fonctions avancées de lecture et des contenus exclusifs.
  • 3 Aider Numerama dans sa mission : comprendre le présent pour anticiper l'avenir.

Si vous croyez en un web gratuit et à une information de qualité accessible au plus grand nombre, rejoignez Numerama+.

S'abonner à Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !