Une équipe de paléontologues a découvert une nouvelle espèce de grand dinosaure. Le crâne de ce sauropode, retrouvé dans une zone inattendue en Argentine, est presque complet.

Le « Lavocatisaurus agrioensis » vivait il y a 110 millions d’années dans l’actuelle Argentine. Le 29 octobre 2018, une équipe de paléontologues espagnols et argentins ont relaté la découverte de cette nouvelle espèce dans la revue Acta Palaeontologica Polonica.

Cet animal appartient à l’ordre des sauropodes, des dinosaures quadrupèdes avec un gros corps, une petite tête et une longue queue. Il a été identifié grâce aux fossiles de 3 spécimens différents : un adulte de 12 mètres de long, ainsi que 2 jeunes mesurant entre 6 et 7 mètres.

Comme le soulignent les chercheurs, l’identification du Lavocatisaurus agrioensis est importante car les éléments retrouvés permettent de reconstituer un crâne « presque complet », un fait plutôt rare avec les ossements des sauropodes. Leurs fossiles, souvent isolés, ne suffisent souvent pas à reconstituer des spécimens entiers.

Les fossiles du Lavocatisaurus agrioensis. // Source : Acta Palaeontologica Polonica

Un museau et plusieurs dents

« Il s’agit non seulement de la découverte d’une nouvelle espèce dans une région où l’on se s’attendait pas à trouver des fossiles, mais surtout son crâne est presque entier », explique Jose Luis Carballido, membre du CONICET (le Conseil national de la recherche scientifique et technique en Argentine) et co-auteur de l’étude, cité par The Guardian. « Le museau, les mâchoires, beaucoup de dents et les os qui délimitent les orbites » ont permis de reconstituer le crâne de ce Lavocatisaurus agrioensis.

Pourquoi cette découverte intéresse-t-elle autant les scientifiques ? Grâce à ces ossements, les paléontologues peuvent comparer le Lavocatisaurus agrioensis à un autre genre de dinosaures sauropodes, les Rebbachisaurus appartenant à la famille des Rebbachisauridae. Ses membres ont vécu en Europe, en Afrique et en Amérique du Sud avant de s’éteindre vers le Crétacé supérieur, probablement à cause de l’arrivée des titanosaures.

Un Rebbachisaurus. // Source : Wikimedia/CC/Nobu Tamura

D’après les paléontologues, ce n’est pas un hasard si 3 spécimens de Lavocatisaurus agrioensis ont été découverts au même endroit. Cela pourrait signifier que les dinosaures vivaient ensemble lorsqu’ils sont morts. « Cette découverte d’un adulte et de deux jeunes signifie aussi qu’il s’agit du premier enregistrement d’un déplacement de groupe parmi les dinosaures Rebbachisaurus », confirme Jose Ignacio Canudo, directeur du musée de sciences naturelles de l’université de Saragosse et l’un des auteurs de l’étude à Phys.org.

Les 3 dinosaures se seraient déplacés en groupe

Ceci semble d’autant plus important que l’endroit où les ossements ont été découverts est atypique. Il y a 110 millions d’années, la zone où se trouve aujourd’hui la ville de Neuquén en Argentine était probablement désertique. Le groupe de Lavocatisaurus agrioensis aurait pu s’adapter à cet environnement hostile, pauvre en eau et en végétation.

Il y a un mois, d’autres chercheurs ont aussi identifié un dinosaure remarquable : le Ledumahadi mafube, qui était sans doute le plus gros animal ayant jamais peuplé la Terre.

Crédit photo de la une : Wikimedia/CC/Tadek Kurpaski

Partager sur les réseaux sociaux