Dans la nuit du 2 au 3 septembre, le musée national du Brésil a perdu une partie de ses collections dans un incendie. La météorite Bendegó, la plus grande découverte sur le sol brésilien, a résisté à l'incident.

Il avait ouvert ses portes pour la première fois en 1818 : le 2 septembre 2018, le musée national du Brésil (Rio de Janeiro) les a refermées dans la nuit à cause d’un incendie qui a ravagé son bâtiment et les collections qu’il abritait. Parmi ses 20 millions d’artéfacts, peu sont restés intacts. Mais plusieurs météorites font partie des rescapés.

Parmi ces reliques de l’espace, se trouve la météorite Bendegó, qui avait été découverte dans l’État de Bahia à la fin du 18e siècle. À ce jour, il s’agit de la météorite de fer (on parle aussi de météorite terreuse) la plus grande jamais découverte sur le sol brésilien. Elle se trouve dans le musée depuis 1888.

L’objet a survécu à l’incendie qui a ravagé les lieux dans la nuit du 2 au 3 septembre : cela ne semble pas si étonnant, quand on imagine qu’il a, par le passé, résisté à une traversée de l’atmosphère terrestre.

Découverte des milliers d’années après sa chute

Comme l’explique Space.com, cette météorite fait partie d’un groupe de 12, qui étaient exposées dans l’enceinte du musée. En 1784, Domingos da Motta, un éleveur qui faisait paître ses bêtes, l’a découverte à proximité de l’actuelle ville de Monte Santo. La météorite de Bendegó avait probablement élu domicile à cet endroit depuis des milliers d’années, à en juger par sa partie inférieure manquante et l’épaisse couche oxydée sur laquelle elle se trouvait.

La météorite pèse environ 5 260 kilos : pour vous aider à imaginer ce que cela représente, nos confrères la comparent au poids de plusieurs voitures, mais qui tiendrait dans l’espace occupé par une moto.

Elle a survécu à un incendie… et à la traversée de notre atmosphère

Lorsqu’on l’observe, Bendegó parait ressembler à un astéroïde — une planète mineure du système solaire — car elle possède plusieurs trous en forme de cylindre. Ils ont en fait été créés lors de la combustion de la troïlite (un sulfure présent dans les météorites) lorsque Bendegó a traversé l’atmosphère.

Le musée détruit par les flammes abritait d’autres trésors, comme le squelette reconstitué d’un dinosaure Maxakalisaurus ou le crâne de Luzia, l’un des plus anciens fossiles humains du continent américain.

Partager sur les réseaux sociaux