La comète 12P/Pons-Brooks est surveillée attentivement, car elle pourrait devenir visible à l’œil nu en mars ou avril 2024. D’où vient son intrigant surnom de « comète du diable » ?

La comète du diable pourrait devenir visible à l’œil nu dès le mois de mars ou d’avril 2024. Officiellement nommée 12P/Pons-Brooks, cette comète se dirige actuellement vers le Soleil. Le périhélie de la comète est prévu pour le 21 avril. Même si sa visibilité sans télescope est vraiment imprévisible, cette étonnante comète fait pour le moment naître beaucoup d’espoir.

Une comète cornue ou en forme de fer à cheval

Mais, pourquoi la surnomme-t-on « comète du diable » ? Ce drôle de surnom est lié à l’apparence de la comète. Ce n’est plus le cas actuellement, mais 12P/Pons-Brooks semblait posséder des sortes de « cornes ». En réalité, la comète n’a pas véritablement de telles excroissances sur son noyau. En juillet 2023, la comète a connu une explosion, expulsant du gaz et des poussières soudainement. En une nuit, son éclat a été multiplié par 100, sa magnitude passant de 17 à 12 (plus un objet céleste est lumineux, plus sa magnitude est faible).

Ce phénomène a perturbé la chevelure de la comète, qui a pris une forme de « cornes » ou de « fer à cheval », avec des pointes claires et un centre plus sombre — d’où le surnom de « comète du diable ». Après cet événement, la comète est redevenue plus calme, avant de connaître 2 nouvelles explosions, le 5 puis le 31 octobre. Ces éruptions répétées lui donnent une allure de petit diablotin cornu.

L'apparence de la comète du diable après son explosion. // Source : Capture YouTube New York Post
L’apparence de la comète du diable après une explosion. // Source : Capture YouTube New York Post

D’où viennent les éruptions de la comète du diable ?

Le mystère n’est pas complètement levé sur l’origine de ces éruptions. Bien que la comète soit identifiée depuis le 19e siècle (et observée depuis plus longtemps), son comportement est encore mal compris. L’hypothèse la plus probable serait l’existence d’une fissure sur le noyau de la comète, qui se développe à cause d’une accumulation de gaz au sein du noyau. Parfois, ce gaz accumulé finirait par être éjecté à travers la surface de 12P/Pons-Brooks. Les jets enverraient alors des milliards de kg de poussière et de glace dans l’espace. Cela semble expliquer la soudaine luminosité de la comète, puisque les poussières et la glace réfléchissent particulièrement la lumière du Soleil.

La comète du diable n’a donc rien de « diabolique » ou dangereux pour nous. Ses éruptions énigmatiques sont même une aubaine pour les astronomes. Grâce à elles, les scientifiques pourraient mieux comprendre la structure de 12P/Pons-Brooks. Or, percer les secrets des comètes est toujours très intéressant, car ce sont des vestiges de notre système solaire.

Nouveauté : Découvrez

La meilleure expérience de Numerama, sans publicité,
+ riche, + zen, + exclusive.

Découvrez Numerama+

Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !