Partie de la Terre le 8 janvier, la mission Peregrine Mission One a déjà de premières difficultés. Celles-ci pourraient remettre en question sa faculté à aller sur la Lune et à se poser en douceur.

Ce sont des débuts contrariés pour le programme lunaire Peregrine Mission One, qui a quitté la Terre dans la matinée du 8 janvier 2024. Astrobotic Technology, la société américaine en charge du projet, a fait état d’un problème lors d’un premier point d’étape fait sur X (ex-Twitter). La société mentionne une difficulté durant une phase d’orientation de la sonde.

Un problème de propulsion et un souci de batterie

« Malheureusement, une anomalie s’est produite, qui a empêché Astrobotic de réaliser une opération stable de pointage du Soleil », peut-on lire. Les équipes sont mobilisées pour suivre la situation et fournir de nouvelles informations, au fur et à mesure de l’acquisition et de l’analyse des données. Un nouveau point d’étape est arrivé en fin d’après-midi.

La piste actuellement envisagée est celle d’un dysfonctionnement au niveau de la propulsion — qui a entraîné l’instabilité de l’orientation par rapport au Soleil. Si c’est ça, c’est potentiellement grave pour la suite. Astrobotic craint que l’alunissage se passe mal. Et à cela, s’ajoute une autre contrariété : la batterie. Elle est fortement réduite.

Illustration : l'atterrisseur lunaire Peregrine sur la surface de la Lune. // Source : Astrobotic
Illustration : l’atterrisseur lunaire Peregrine sur la surface de la Lune. // Source : Astrobotic

« Alors que l’équipe s’efforce de résoudre le problème, la batterie du vaisseau spatial atteint un niveau opérationnel très bas », signale l’entreprise. L’équipe a tenté « une manœuvre improvisée pour réorienter les panneaux solaires vers le Soleil ». Cette opération a eu lieu avant une séquence attendue d’interruption des communications. Depuis, c’est silence radio.

Il faudra patienter pour connaître la suite des évènements. Mais même en cas de réussite pour la manœuvre, ce qui rechargerait les batteries de la sonde, il restera encore le problème de la propulsion, s’il est avéré. Celui-ci est crucial pour assurer un alunissage en douceur sur la surface du satellite. Dans le cas contraire, on aura droit à un nouveau cratère.


Abonnez-vous à Numerama sur Google News pour ne manquer aucune info !