Les couleurs d’Uranus et Neptune sont bien plus proches que ne le suggèrent les anciennes images, comme le montre cette étude.

Êtes-vous plutôt « team Uranus » ou « team Neptune » ? Les deux belles planètes bleues du Système solaire ont chacune une couleur distincte. Au bleu cyan très clair d’Uranus, certains préfèrent le bleu azur profond de Neptune. Mais une étude de 2023 remet tout en question — en particulier concernant Neptune.

Le seul engin spatial à avoir survolé ces deux planètes est Voyager 2. Les clichés pris par la sonde, d’abord unicolores, ont été combinés ensemble pour créer des images composites plus proches des véritables couleurs de la planète. Problème : cette technique a accentué le bleu de Neptune. Et c’est d’autant plus vrai que les premières images ont été plus fortement contrastées pour faire apparaître ses nuages et ses vents — et ainsi mieux comprendre Neptune.

« Même si la couleur artificiellement saturée était connue à l’époque par les spécialistes des planètes — et que les images ont été publiées avec des légendes l’expliquant — cette distinction s’est perdue au fil du temps », explique le professeur Patrick Irwin sur le site de la Royal Astronomical Society.

« La représentation la plus précise » de Neptune et d’Uranus

Patrick Irwin et son équipe ont utilisé les données du spectrographe d’Hubble, et celles du Very Large Telescope avec son spectrographe 3D grand champ (MUSE). Ainsi, ils ont pu générer des images plus proches de la réalité. Ces dernières montrent qu’Uranus et Neptune sont, en fait, relativement proches dans leurs couleurs :

En bas, les images d'Uranus et Neptune plus proches de la réalité selon cette étude. // Source : Patrick Irwin/University of Oxford/NASA
En bas, les images d’Uranus et Neptune plus proches de la réalité selon cette étude. // Source : Patrick Irwin/University of Oxford/NASA (Traduction française)

« En appliquant notre modèle aux données originales, nous avons pu reconstituer la représentation la plus précise à ce jour de la couleur de Neptune et d’Uranus », explique Irwin. Le faible contraste entre les deux planètes est cohérent avec les autres observations, comme celles du télescope spatial James Webb.

« Même les astronomes amateurs qui observent Uranus et Neptune avec leur télescope de jardin savent que le contraste des couleurs entre ces deux mondes est plus subtil que ne le laissaient supposer les images originales de la NASA », rappelle l’astronome Leigh Fletcher à NPR.

Ces travaux ont aussi l’avantage d’éclairer un mystère : Uranus change de couleur au fil de son orbite (ce qui vient s’ajouter au fait que l’axe de rotation d’Uranus est penché, voire couché, au lieu d’être relativement perpendiculaire comme pour les autres planètes du Système solaire). « Nous avons ainsi démontré qu’Uranus est plus verte au solstice parce que les régions polaires ont une abondance réduite de méthane, mais aussi une épaisseur accrue de particules de glace de méthane à forte diffusion. »


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.