Le télescope James Webb a réussi la prouesse d’imager Neptune et ses anneaux délicats. Depuis l’exploration de la planète par Voyager 2, nous n’avions pas vu une image aussi nette des anneaux de la géante glacée.

Un nouveau jour, une nouvelle vue sur l’Univers. Les publications des images obtenues par le télescope James Webb s’enchainent à un rythme impressionnant. Après avoir fourni ses premiers clichés de Mars et de superbes images de Jupiter, c’est vers Neptune que le JWST s’est tourné. Ses photos de la géante de glace ont été diffusées le 21 septembre 2022.

C’est la toute première fois que l’on peut admirer les anneaux étroits et brillants de Neptune dans le domaine infrarouge. C’est « la vue la plus nette sur les anneaux de Neptune depuis plus de 30 ans », affirme l’agence spatiale dans un tweet. Observée en lumière visible, Neptune est de couleur bleue (à cause du méthane présent dans son atmosphère). Vue dans l’infrarouge, la planète est beaucoup moins bleue que ce dont nous avons l’habitude.

Neptune james webb-3
Zoom arrière dans l’image. Neptune est ici encerclée en rouge. // Source : Via Twitter @NASAWebb (photo recadrée et annotée)

À côté de Neptune, ce n’est pas une étoile

Outre les anneaux de la planète, on distingue certaines de ses lunes. L’une d’elles pourrait même être prise pour une étoile bleue : il s’agit de Triton, le plus grand des satellites de Neptune. « Parce que Triton est recouvert d’azote congelé et condensé, il réfléchit 70 % de la lumière du Soleil qui le frappe », résume la Nasa. Voilà ce qui le rend aussi brillant, pour les instruments si sensibles de James Webb. Les autres lunes visibles sur les images sont Galatée, Naïade, Thalassa, Larissa, Protée et Despina.

Neptune lunes
Lunes de Neptune. // Source : NASA, ESA, CSA, STScI

Il est vertigineux d’obtenir une vue aussi détaillée de Neptune. Rappelons que cette planète est 30 fois plus éloignée du Soleil que la Terre. Elle est si lointaine que la lumière du Soleil l’atteint très difficilement. Cette géante glacée évolue donc dans un environnement assez sombre, ce qui la rend d’autant plus délicate à imager. On comprend encore mieux l’enthousiasme des scientifiques qui viennent de découvrir les premières images de Neptune par James Webb.

La huitième planète du système solaire est encore mal comprise. L’exploration de Neptune et de ses satellites n’a été menée qu’avec une seule mission spatiale, celle de la sonde Voyager 2 en 1989 (qui avait alors vu les anneaux de Neptune). Pourtant, cette planète et sa voisine Uranus sont des cibles fascinantes. On pense, par exemple, qu’il pleuvrait des diamants au cœur de Neptune et d’Uranus. Il faudrait aussi élucider le mystère de l’étrange tache sombre découverte sur Neptune par Hubble. Sans même parler de ses lunes au comportement imprévisible.