La Nasa ne va plus envoyer de commandes à ses engins martiens pendant un certain temps. Un alignement défavorable entre la Terre, le Soleil et Mars risquerait d'altérer les communications vers Curiosity, InSight et ses sondes.

Les missions de Curiosity, InSight et des autres robots martiens devraient être allégées momentanément, a annoncé la Nasa le 23 août 2019. L’agence spatiale anticipe un phénomène astronomique, connu sous le nom de conjonction solaire entre la Terre et Mars. En clair, il s’agit d’un alignement de la Terre, du Soleil et de Mars, le Soleil masquant alors Mars, qui ne se trouve plus en ligne de vue directe.

« Les échanges quotidiens entre les antennes terrestres et celles des appareils de la Nasa sur Mars deviendront plus calmes pendant quelques semaines », prévient le Jet Propulsion Laboratory (JPL) le centre de recherche spatiale de la Nasa de Pasadena (Californie). Du 28 août au 7 septembre, l’agence spatiale appliquera même un « moratoire sur les commandes » de ses missions martiennes. Autrement dit, une suspension volontaire de certaines instructions.

Les missions seront-elles interrompues ?

Non : « tous les engins de la Nasa continueront leurs tâches scientifiques », assure le JPL. Ce sont certains instruments à bord des appareils qui deviendront inactifs, principalement « les caméras qui produisent une grande quantité de données ». Par rapport à d’habitude, les sondes seront simplement moins sollicitées. Sur le sol martien, deux robots seront concernés.

InSight sur Mars. // Source : Flickr/CC/DLR German Aerospace Center

Sur Mars, la Nasa mène aussi des missions en orbite. La conjonction solaire entre la Terre et Mars va obliger la Nasa à réduire les activités de ces sondes.

  • Les sondes spatiales 2001 Mars Odyssey et Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), deux orbiteurs, vont continuer à récupérer les données envoyées par Curiosity et InSight. Cependant, pendant la durée du moratoire, l’orbiteur MRO n’enverra aucune de ces informations vers la Terre. Seul l’orbiteur Odyssey tentera de les transmettre, avant la fin de la conjonction solaire entre Mars et la Terre.
  • La sonde MAVEN (pour « Mars Atmosphere and Volatile Evolution ») va aussi continuer à récupérer des données scientifiques mais ne devrait pas non plus les relayer vers la Terre.

La Nasa interrompra également sa diffusion des images brutes (qui n’ont pas été retravaillées) envoyées par Curiosity, InSight et ses autres missions.

Qu’est-ce qu’une conjonction solaire ?

Ce phénomène astronomique n’est pas nouveau : il a lieu pratiquement tous les 2 ans (précisément, tous les 26 mois), pendant environ une semaine. L’expression désigne le moment où la Terre et Mars « sont temporairement invisibles l’une de l’autre », indique la Nasa. Les deux planètes se trouvent alors de part et d’autre du Soleil — elles sont opposées, par rapport au Soleil. Depuis la Terre, notre étoile nous empêche de voir la planète rouge. La situation perturbe les communications entre la Terre et les sondes sur Mars.

La conjonction solaire de Mars. // Source : NASA/JPL-Caltech

Comme le rappelle l’agence spatiale, « le Soleil expulse un gaz chaud ionisé de sa couronne, qui s’étend loin dans l’espace ». Au cours d’une conjonction solaire, c’est ce gaz qui risque d’interférer avec les signaux radio servant à communiquer, depuis la Terre, avec les appareils présents sur Mars.

Pour le bon déroulé des missions, cela peut représenter un problème. Si les données envoyées par les sondes nous parviennent altérées, ce n’est pas très grave, car elles pourront être renvoyées plus tard. Par contre, les commandes adressées aux rovers et sondes depuis la Terre pourraient être altérées : si les commandes parviennent partiellement aux appareils, les dommages pourraient être importants.

Voilà pourquoi la Nasa préfère s’abstenir d’envoyer des commandes à ses appareils présents sur Mars pendant quelque temps. Une fois que l’événement astronomique sera fini, les données des appareils martiens seront envoyées au Deep Space Network, un réseau d’antennes géré par le JPL. Après une semaine de téléchargement des données, les missions devraient pouvoir reprendre leur cours normalement. Si les données scientifiques récoltées sont jugées altérées, elles seront à nouveau renvoyées après le 7 septembre, date qui doit marquer la fin du moratoire.

Juste avant la conjonction, les ingénieurs de la Nasa doivent donc s’assurer d’avoir envoyé toutes les commandes nécessaires pour que les sondes puissent fonctionner de façon autonome pendant la durée du moratoire. Pour ces scientifiques, la conjonction solaire entre Mars et la Terre sera peut-être l’occasion de prendre quelques jours de vacances.

Partager sur les réseaux sociaux