Au quotidien, on ne se rend pas compte que la Lune nous est essentielle. Si elle disparaissait subitement du ciel, les conséquences seraient d’abord gênantes pour l’humanité, puis dramatiques.

La Lune est si familière, et pourtant on ne se lasse ni de l’observer, ni de l’explorer. Le satellite naturel terrestre est l’astre le plus brillant de notre ciel nocturne. Si la Lune disparaissait subitement, son éclat nous manquerait sans doute. Mais, le problème serait bien plus préoccupant, car la Lune est cruciale pour notre planète, et donc pour l’humanité.

Au début, la Lune ne nous manquerait peut-être pas tant

« Si la Lune disparaissait soudainement, comme dans un film de science-fiction, nos nuits ne seraient pas seulement plus sombres, notre monde serait radicalement changé — même si au début, il serait difficile de voir la différence », selon l’Institute of Physics. Cette association promeut la physique au Royaume-Uni. Juste après la disparition de la Lune, les conséquences seraient peu dommageables.

Toutefois, on se rendrait vite compte du rôle essentiel de la Lune dans notre quotidien. Nous ne serions pas seulement privés des éclipses lunaires. Certes, le ciel nocturne serait plus sombre sans elle, cela rendrait les observations au télescope plus aisées. La Lune est extrêmement brillante, 14 000 fois plus que Vénus. Il arrive donc qu’elle gêne les observations, par exemple, lors des essaims d’étoiles filantes. Sans Lune, nous aurions un ciel bien sombre toute l’année.

Mais, les dégâts sur la faune se feraient vite sentir, notamment dans les milieux océaniques. Le corail et les crabes seraient perturbés par l’absence de la Lune, car ils parviennent habituellement à percevoir sa luminosité lors de certaines de ses phases. C’est grâce à cette lumière renvoyée par la Lune qu’ils entament notamment leur reproduction. Sans l’éclat lunaire, on ignore comment ils feraient.

Sans Lune, qu’adviendrait-il des marées ?

Toujours au niveau des océans, l’absence de Lune influencerait directement le phénomène des marées. Elles deviendraient bien plus faibles. Les marées ne disparaitraient pas totalement, car le Soleil joue aussi un rôle dans ce phénomène (moins important que celui de la Lune, néanmoins). Les marées, telles qu’elles existent aujourd’hui, sont essentielles pour de nombreuses espèces. Certains poissons pondent leurs œufs dans le sable et s’arrangent pour que l’éclosion coïncide avec les marées. Tout cet ingénieux système n’aurait plus de sens sans les marées.

L’absence de marées n’empêcherait pas uniquement les humains de pratiquer le surf (les marrées montantes contribuent à la formation de vagues déferlantes, en poussant davantage l’eau vers la plage). Ce serait aussi compromettant pour la pêche, certains des animaux pêchés se déplaçant en fonction des mouvements des marées.

La Lune nous est vraiment indispensable. // Source : Canva
La Lune nous est vraiment indispensable. // Source : Canva

Les effets immédiats de la disparition de la Lune seraient dommages, mais pas insurmontables. Toutefois, les effets les plus graves resteraient encore à venir. Ils se manifesteraient bien plus tard. L’habitabilité de la Terre serait en jeu.

À long terme, la Terre serait sens dessus dessous sans la Lune

La perte de la Lune finirait par déstabiliser la rotation de notre planète. Il faut savoir que l’axe de rotation terrestre est incliné, de 23,4°, par rapport à l’orbite de la Terre autour du Soleil. Mais, en plus, cet axe de rotation connaît une oscillation (faible, d’à peine 2,4°). C’est un peu comme une toupie. Cette oscillation dans le cycle de rotation terrestre est extrêmement lente, avec un rythme étalé sur 26 000 ans. Mais, si la Lune n’était plus là, cette oscillation ne serait plus stabilisée. Elle prendrait des proportions extrêmes.

Résultat : les saisons n’existeraient plus, le jour et la nuit auraient une durée fixe tout au long de l’année. Pire encore, la Terre pourrait parfois basculer complètement sur le côté, un peu comme Uranus qui est très penchée sur son orbite autour du Soleil. Il ferait chaud aux pôles et froid à l’équateur.

C’est donc une très bonne nouvelle de savoir que la Lune n’est pas près de disparaitre. Certes, on sait que le satellite s’éloigne de la Terre d’un peu moins de 4 cm chaque année. Toutefois, elle ne va probablement jamais nous quitter. On estime que la Lune cesserait de s’éloigner de la Terre dans environ 15 milliards d’années, au rythme actuel. Sauf que le Soleil devrait engloutir les planètes les plus internes du système solaire bien avant, dans approximativement 6 à 7 milliards d’années.

Bonne nouvelle : la Lune ne devrait de ce fait pas s’échapper de la Terre. Notre planète sera de toute façon carbonisée avant que cela puisse avoir lieu. Génial.


Si vous avez aimé cet article, vous aimerez les suivants : ne les manquez pas en vous abonnant à Numerama sur Google News.