Un nouveau trou noir a été repéré. Sa particularité ? Il est le plus proche de la Terre découvert à ce jour, à moins de 1 600 années-lumière.

Un nouveau trou noir a été découvert, et il est le plus proche de la Terre découvert à ce jour. Selon une étude publiée le 2 novembre, notamment reprise par NOIRLab, le trou noir en question est situé à moins de 1 600 années-lumière — une distance trois fois plus proche que le précédent record en la matière.

« S’il y a eu beaucoup de détections de systèmes similaires par le passé, la plupart de ces découvertes ont été réfutées. C’est la première découverte sans ambiguïté d’une étoile de type solaire en orbite autour d’un trou noir, au sein de notre galaxie », se félicite Kareem El-Badry, astrophysicien. Le trou noir, baptisé Gaia BH1, se situe dans la constellation Ophiuchus (Serpentaire) et a été observé depuis Hawaï.

Vue d'artiste d'un trou noir supermassif. // Source : Jordy Davelaar et al./Radboud University/BlackHoleCam
Vue d’artiste d’un trou noir supermassif. // Source : Jordy Davelaar et al./Radboud University/BlackHoleCam

Un nouveau record pour un trou noir

Les scientifiques ont pu déceler ce trou noir, dont la taille est estimée à dix fois celle du Soleil, grâce aux déplacements de l’étoile en orbite autour de lui. Ce système binaire a d’ailleurs une particularité : le trou noir et l’étoile sont séparés par la même distance qu’entre la Terre et le Soleil. « Prenez le Système Solaire, mettez un trou noir à la place du Soleil et un soleil à la place de la Terre, et vous obtenez ce système », schématise Kareem El-Badry. 

Comment ce système binaire s’est-il formé ? C’est la principale interrogation que se posent les astronomes face à cette découverte. À l’heure actuelle, aucun modèle ne permet d’expliquer comment un tel système peut exister. Compte tenu de la configuration observée, l’étoile devenue un trou noir aurait été au moins 20 fois plus massive que le Soleil. Cette taille signifie qu’elle n’aurait vécu que quelques millions d’années avant d’engloutir l’autre étoile qui est aujourd’hui en orbite autour du trou noir. Il y a donc une inconnue dans l’équation.

Sur ce point, Kareem El-Badry indique : « Il est intéressant de constater que ce système ne répond à aucun de nos modèles d’évolution des systèmes binaires. » Au-delà de sa proximité avec la Terre, ce trou noir est source de nouvelles interrogations, ce qui le rend d’autant plus intéressant. « En plus d’augurer de futures découvertes sur la population de trous noirs dormants dans notre Galaxie, cette découverte est à l’origine d’un mystère à résoudre : malgré une histoire partagée avec son voisin exotique, pourquoi l’étoile compagnon de ce système binaire est-elle si normale ? », conclut Martin Still, en charge du NSF Gemini Program.