La projection faite en 2014 pour une « canicule en 2050 » donnait déjà des sueurs froides. Mais Evelyne Dhéliat et Météo-France ont mis à jour cette carte, à partir des données de 2022. Sans catastrophisme, cette projection est importante.

Il y a de cela presque une décennie, en 2014, la présentatrice météo Evelyne Dhéliat avait diffusé une carte météo surprenante : ce n’était pas une vraie carte, mais une projection de la France en 2050. Et celle-ci reposait évidemment sur l’extrapolation de données réelles. L’objectif était déjà de sensibiliser aux conséquences du réchauffement planétaire.

Durant l’été 2022, cette carte prédictive est revenue dans l’actualité, car les projections ressemblaient étrangement à… la période estivale extrême que nous vivions alors. Les températures élevées se ressemblaient, voire étaient finalement pires dans certaines localités. Preuve, s’il en faut encore, que le changement climatique poursuit sa route à mesure que les mesures prises par l’humanité restent encore trop faibles par rapport à l’enjeu.

Ce mercredi 26 octobre, Evelyne Dhéliat a présenté sur TF1 une nouvelle carte prédictive, mise à jour à partir des données les plus récentes — en collaboration avec l’équipe de suivi du climat chez Météo-France. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que la carte a évolué.

« Cela vous paraît peut-être excessif, et pourtant ! »

Il fait chaud, en ce moment même, et bien trop chaud pour un mois d’octobre. Cette anomalie fait suite à beaucoup d’autres durant cette année 2022, qui est l’une des plus chaudes que nous ayons connu — et elle est même en passe d’être tout bonnement la plus chaude de l’histoire de France d’après Météo-France.

La carte présentée par Evelyne Dhéliat prend en compte cette accélération. En cas de canicule, en 2050, on pourrait atteindre 45 degrés Celsius à Bordeaux (au lieu de 40 degrés sur l’ancienne carte), 41 degrés à Rennes (au lieu de 28 degrés), 43 degrés à Marselle (au lieu de 36).

Différence entre la projection 2014 et la projection 2022, pour une canicule de 2050. // Source : TF1/Météo-France
Différence entre la projection 2014 et la projection 2022, pour une canicule de 2050. // Source : TF1/Météo-France

Comme le rappelle Evelyne Dhéliat lors de la présentation de cette nouvelle projection, il n’y a là aucun catastrophisme. « Cela vous paraît peut-être excessif, et pourtant ! Souvenez-vous de ce que l’on a vécu l’été dernier », indique la présentatrice de TF1, mentionnant cet été 2022 de tous les records — aussi caractérisé par une (trop) longue sécheresse.

Cette nouvelle carte intervient peu après une étude conjointe de Météo France et de l’Insee montrait l’impact du changement climatique sur la France, région par région. Elle montrait que la fréquence des journées et des nuits chaudes allait significativement augmenter sur l’ensemble du pays — avec des inégalités par territoire.

Le changement climatique se traduit par un accroissement des anomalies : encore davantage qu’un réchauffement, il est bel et bien question d’un dérèglement du climat.

Le podcast « La 6e extinction »

Pour approfondir les enjeux écologiques de notre ère avec des notes d’espoir, découvrez notre podcast dédié aux menaces qui pèsent sur le vivant : La 6e extinction. Disponible sur toutes les plateformes d’écoute ou le player ci-dessous.

Le documentaire FOURNAISE de Numerama