L’océan Pacifique, qui couvre un tiers de la surface terrestre, pourrait ne plus exister d’ici à 300 millions d’années. Il se fermerait pour permettre l’existence d’un supercontinent sur Terre.

Le plus vaste océan de notre planète n’est pas éternel. Dans 200 à 300 millions d’années, l’océan Pacifique n’existera sans doute plus. Il se fermerait, pour laisser place à un supercontinent, Amasia. C’est en tout cas ce qu’anticipent des scientifiques, dans une étude parue au sein de la National Science Review le 28 septembre 2022, repérée par Universe Today le 10 octobre.

« L’une des principales caractéristiques de l’évolution tectonique de la Terre est le cycle des supercontinents depuis environ 2 milliards d’années, soulignent les chercheurs, qui se caractérise par un assemblage et une dispersion cycliques des principaux continents avec une périodicité d’environ 600 millions d’années. » La manière dont ces continents s’assemblent est lié aux plaques tectoniques elles-mêmes (leurs propriétés) et à leurs interactions avec le manteau terrestre.

La fermeture d’un océan, ou extroversion, survient lors du rapprochement des continents. Ici, l’Amérique du Nord et l’Asie se rapprocheraient, occasionnant la fermeture de l’océan Pacifique. Il resterait alors les océans Atlantique et Indien, qui formeraient un vaste et unique superocéan.

Un supercontinent est un continent formé de plusieurs autres continents. Au sens strict, on parle de supercontinent lorsqu’il incorpore au moins 75 % des masses continentales terrestres présentes.

Il se trouve que la Terre se refroidit depuis des milliards d’années, comme le rappelle un communiqué de l’université Curtin (Australie) présentant la nouvelle étude. Par conséquent, l’épaisseur et la résistance des plaques situées sous les océans s’affaiblissent avec le temps. Selon les scientifiques, ce phénomène a une conséquence : il est peu probable que l’assemblage du prochain supercontinent ait lieu avec la fermeture d’océans relativement jeunes, comme l’océan Atlantique ou l’océan Indien.

L’océan Pacifique se fermerait pour laisser place au continent Amasia

Les chercheurs sont parvenus à cette conclusion à l’aide d’un superordinateur, en simulant l’évolution des plaques tectoniques, aboutissant à la formation d’un supercontinent. Selon eux, il est très probable que ce soit l’océan Pacifique qui se ferme dans moins de 300 millions d’années. Cela aboutirait à la formation de l’Amasia, avec l’entrée en collision de l’Amérique et de l’Asie (d’où le nom donné au continent). « Les résultats du modèle prédisent que le prochain supercontinent, Amasia, se formera par extroversion en fermant l’océan Pacifique », résument-ils dans leur étude. L’Australie devrait d’abord heurter l’Asie, avant de relier l’Amérique et l’Asie lors de la fermeture de l’océan.

Configuration possible du supercontinent dans 280 millions d'années. // Source : Université Curtin
Configuration possible du supercontinent dans 280 millions d’années. // Source : Université Curtin

Cette projection rappelle que l’existence de l’océan Pacifique n’est pas immuable. Même par le passé, il n’a pas toujours été là. L’océan Pacifique est lui-même un reste d’un ancien superocéan, la Panthalassa. Il s’agissait de l’océan unique qui entourait la Pangée, le dernier supercontinent qui a commencé à se désassembler il y a 180 millions d’années.

Plus généralement, cela souligne à quel point l’existence des 7 continents terrestres actuels n’est qu’une phase dans l’histoire géologique de notre planète. Dans 200 à 300 millions d’années, la Terre pourrait être bien différente. Nous ne sommes qu’au milieu du cycle actuel d’assemblage et de dispersion du supercontinent. D’ailleurs, l’avènement d’Amasia n’est que l’un des 4 scénarios envisagés pour la formation du prochain supercontinent.