Un « point chaud » tourbillonnerait à toute vitesse autour de Sagittarius A*, le trou noir central de la Voie lactée. Des indices de sa présence ont été vus dans le domaine radio.

Quelque chose tourbillonne autour du trou noir supermassif situé au centre de notre galaxie, la Voie lactée. C’est une bulle de gaz extrêmement chaude, ont annoncé des scientifiques ce 22 septembre 2022, dans Astronomy & Astrophysics. Leurs travaux sont relayés par l’Observatoire européen austral (ESO).

Les auteurs pensent avoir repéré « un point chaud tourbillonnant autour du trou noir dans le sens des aiguilles d’une montre », peut-on lire dans leur étude. La bulle met à peine 70 minutes à faire une orbite complète. Sa vitesse est impressionnante : elle représente 30 % de la vitesse de la lumière (qui est de 300 000 km/s). Ce point serait en orbite autour de Sagittarius A*, le trou noir central de la Voie lactée, dont on a obtenu une image réelle en 2022. L’image avait été acquise par l’Event Horizon Telescope (EHT), un réseau d’observatoires formant une sorte de radiotélescope géant.

Mouvement de la bulle autour du trou noir. // Source : YouTube ESO
Mouvement de la bulle autour du trou noir. // Source : YouTube ESO

Ce sont aussi les observations de l’EHT qui ont contribué à révéler l’existence probable de cette bulle de gaz chaud. C’est en 2017 que l’EHT a relié 8 radiotélescopes dans le monde pour aboutir à l’image de Sagittarius A*. À ce moment-là, l’observatoire ALMA (le Grand réseau d’antennes millimétrique/submillimétrique de l’Atacama) avait été mis à contribution pour calibrer les données de l’EHT.

Or, rien que les données collectées par ALMA contenaient de précieuses informations sur le trou noir. Le hasard a voulu que les observations aient lieu peu après la détection d’une éruption de rayons X au centre de la Voie lactée, par le télescope spatial Chandra. Ce genre d’éruption est associé à des bulles de gaz chaud se déplaçant rapidement près du trou noir.

La bulle fonce sur une orbite comparable à celle de Mercure

Désormais, en plus d’avoir observé des indices de cette éruption dans les rayons X et dans l’infrarouge, les scientifiques les voient pour la première fois dans le domaine radio. « Nous sommes en train de regarder une bulle de gaz incandescent glissant autour de Sagittaire A* sur une orbite similaire en taille à celle de la planète Mercure, mais faisant un tour complet en seulement 70 minutes environ », résume dans le communiqué de l’ESO Maciek Wielgus, du Max Planck Institute for Radio Astronomy, principal auteur de l’étude.

La présence de cette bulle de gaz pourrait bien confirmer une hypothèse des scientifiques : de telles éruptions pourraient avoir une origine magnétique. Plus exactement, elles viendraient d’interactions magnétiques dans le gaz particulièrement chaud, qui est en orbite autour de Sagittarius A*.