Les personnes rousses seraient dépourvues d’eumélanine, une particularité génétique nécessaire dans la réparation des cellules altérées par les ultraviolets. Cela accroîtrait fortement les risques pour ces individus, durant les périodes où il fait très chaud.

C’est le mois d’août et la canicule s’apprête à faire son grand retour dans l’hexagone. Météo France a annoncé sur son compte Twitter qu’une troisième vague de chaleur allait arriver en France dès cette semaine, à partir du 3 août 2022 — les températures devraient atteindre une nouvelle fois localement les 40°C. Le risque est bien évidemment présent, et il faut adopter certains gestes afin de se prémunir des effets néfastes de la chaleur sur l’organisme, même quand vous êtes à la maison.

Ce n’est également pas une légende, les personnes rousses s’exposent à un plus grand danger lors des épisodes de fortes chaleurs — la raison principale étant l’absence d’eumélanine, un type répandu de mélanine (pigment de peau), et une sensibilité accrue face aux rayons ultraviolets. Pour savoir quels sont les risques alors encourus par ces personnes, Numerama s’est entretenu avec Faïza Bossy, médecin généraliste et journaliste médicale à Horizon Santé.

« Les personnes rousses ont une phéomélanine qui ne protège pas vraiment contre les ultraviolets »

La peau est une barrière qui nous permet de nous protéger contre les agressions externes, telles que les rayons ultraviolets et les UVB. Ceux-ci peuvent brûler la peau et abîmer l’ADN des cellules cutanées, entraînant ainsi des maladies graves comme les cancers cutanés. En fonction de la couleur de la peau, et de la réaction de celle-ci face aux rayonnements ultraviolets, nous nous exposons à des risques différents.

Comment fonctionne cette pigmentation de la peau, et que se passe-t-il en cas d’exposition au Soleil ? Faïza Bossy, médecin généraliste et journaliste médicale, nous l’explique : « Les rayons ultraviolets du Soleil traversent la peau (l’épiderme), puis stimulent les mélanocytes, des armes de défense qui nous protègent contre le Soleil, avant de réagir pour réduire cette ingression [ndlr : cette intrusion]. » Cette mélanine permet donc d’absorber les rayons du Soleil, et de protéger efficacement la peau contre les rayons ultraviolets.

En fonction de la peau, il existe deux types de mélanine. D’abord, l’eumélanine, qui est un pigment plutôt sombre (noir ou foncé) et qui protège efficacement contre les agressions du Soleil — plus la peau est foncée, plus la mélanine est présente. Et ensuite, la phéomélanine, qui est bien plus rare et qui se décompose face aux rayons ultraviolets. Ce sont les personnes aux teints clairs, telles que les roux et les blonds, qui en sont dotés.

Faïza Bossy précise que, pour cette catégorie de personnes, « il faut faire très attention en s’exposant au Soleil », avant de poursuivre qu’ « il existe une classification des peaux (que l’on appelle phototype). Cette classification a été faite par [Thomas B.] Fitzpatrick dans les années 50. En ce qui concerne les personnes rousses, celles-ci ont été classées dans la catégorie de peaux des phototypes 1 et 2 (peau claire) en termes de protection cutanée. Cela signifie que, les personnes rousses sont génétiquement faibles en mélanine et moins protégées, voire moins adaptées face aux agressions du soleil et des ultraviolets de type B. »

classification peaux
Classification des peaux par Fitzpatrick. // Source : Candelmedical (image recadrée)

Quelles sont les mesures que les personnes du phototype 1 et 2 doivent adopter ?

Pour Faïza Bossy, « les personnes appartenant au phototype clair doivent adopter des mesures strictes contre les ultraviolets. À commencer par éviter les heures d’exposition face au Soleil, entre 11h et 16h. Il est également important de protéger leurs peaux avec des crèmes solaires de type 50, dont l’usage doit être répété dans la journée ou à durant chaque baignade à la mer. Il faut aussi toujours se protéger et porter des chapeaux ou des lunettes pour la protection oculaire, porter des vêtements larges pour les sorties en ville. »

Concernant les risques de coup de chaleur, Faïza Bossy recommande de faire attention : « Le risque est bien évidemment là. Ces personnes peuvent rougir plus facilement, avoir des insolations et au maximum un coup de chaleur. Il est toujours important de le rappeler, peu importe le phototype de la personne : hydratez-vous, c’est nécessaire, et limitez aussi les exercices physiques. »