Un grand alignement planétaire (avec la Lune) survient le mercredi 22 juin 2022, très tôt. Ce type de regroupement d’objets du système solaire est un phénomène rare : on n’en reverra pas un autre avant 2124.

Un « grand alignement de planètes » est annoncé dans la nuit du mardi 21 au mercredi 22 juin 2022, vers 5 heures du matin. L’expression semble emprunter à l’astrologie : on est tenté de s’imaginer les planètes du système solaire positionnées en ligne droite dans le ciel, sur une ligne qui partirait du Soleil. « Ce ne sera pas le cas », prévient l’Institut de mécanique céleste et de calcul des éphémérides (IMCCE) dans sa newsletter.

Mais, alors, que verra-t-on ? Cela ressemble davantage à un regroupement qu’à un alignement, à nos yeux nus. « Depuis notre position – en un lieu quelconque sur la Terre – nous aurons l’occasion de voir entre le 14 et le 27 juin un regroupement dans le ciel de 8 objets du système solaire : la Lune et les 7 autres planètes, toutes rangées du côté ouest du Soleil. Il sera ainsi possible de les apercevoir toutes simultanément juste avant le lever du Soleil », décrit l’IMCCE. Pour observer ce défilé d’astres, il est recommandé de balayer le ciel du regard au-dessus de l’horizon, dans la direction de l’est et vers le sud-est.

La visibilité de toutes les planètes n’est pas comparable. Pour Vénus, Jupiter, Saturne et Mars, l’observation ne présente pas de difficulté, car ce sont les planètes les plus brillantes. Les autres planètes sont plus délicates à repérer, en raison de leur éclat plus faible et de leur proximité avec le Soleil — pour accéder à Uranus et Neptune, un télescope est indispensable. Voici l’ordre dans lequel elles apparaissent dans le ciel nocturne : Saturne, Neptune, Jupiter (puis, la Lune), Mars, Uranus, Vénus et Mercure.

Un « grand confinement des planètes », plutôt qu’un alignement

Vu de la Terre, les planètes et la Lune évoluent dans le zodiaque, une étroite bande du ciel. Cette bande est coupée par une ligne centrale, que l’on nomme l’écliptique. « Dans l’espace, ce grand cercle est en réalité un plan – le plan de l’écliptique – vis-à-vis duquel les planètes et la Lune, dans leur mouvement autour du Soleil, restent très proches », détaille l’IMCCE. Or, poursuit l’institut, « il se trouve qu’en juin, durant une dizaine de jours, l’ensemble des planètes – hormis la Terre bien évidemment – et la Lune seront confinées dans une bande étroite de l’écliptique ». Ce n’est pas un alignement des planètes le long de l’écliptique, mais la concentration des planètes et de la Lune dans cette région du ciel. Pour éviter la confusion, on pourrait plutôt parler de « grand confinement des planètes », au lieu de « grand alignement ».

Le schéma suivant permet de comprendre ce qu’il se passe, dans le système solaire. Toutes les planètes ne sont pas représentées simultanément, car certaines sont si éloignées du Soleil que le schéma en deviendrait illisible. On voit bien qu’il n’y a pas véritablement d’alignement physique des astres dans le système solaire.

alignement
Grand alignement de planètes du 22 juin 2022. // Source : IMCCE

On peut souligner que ce type de regroupement est assez exceptionnel. L’occasion d’en voir ne se présente pas fréquemment. La dernière fois que cela s’est produit, c’était le 28 janvier 1984, relève l’IMCCE. Quant au prochain grand alignement, le délai sera encore plus long : « Les prochains rapprochements se produiront le 1er décembre 2124, puis le 21 février 2161 », prévient l’institut. Autrement dit, il faudra attendre un peu plus d’un siècle pour que ce spectacle céleste se reproduise ! De quoi se motiver à mettre son réveil très tôt, pour admirer le grand alignement du 22 juin.