Les températures très élevées et l’ensoleillement provoquent une hausse de la pollution à l’ozone dans de nombreuses villes. L’épisode caniculaire de la mi-juin 2022 n’est pas épargné par cette dégradation de la qualité de l’air.

Une plume de chaleur fait considérablement monter les températures sur l’ensemble de la France en cette mi-juin 2022. Ces fortes chaleurs, anormales, ne sont pas sans risque pour la santé, a fortiori car elles interviennent trop tôt, nos organismes ne sont pas encore prêts. Cela signifie qu’il faut adopter de bons gestes — comme s’hydrater plus régulièrement, éviter les exercices physiques intenses, ne pas aérer en journée si la température intérieure est plus faible qu’à l’extérieur.

Souvent, une telle séquence de chaleur vient avec un autre risque pour la santé : la pollution. La combinaison entre le rayonnement solaire et les très hautes températures provoque plus spécifiquement un pic de pollution à l’ozone (O3). C’est valable dans la capitale, autant que dans bon nombre d’autres villes de France.

L’indice est dans le rouge

« La qualité de l’air sera mauvaise à dégradée sur l’Ile-de-France » (sic) les 16 et 17 juin, alerte AirParif, qui surveille les taux de pollution dans la région. En atteste la carte où le rouge domine, signifiant que la qualité de l’air sera mauvaise.

ozone_paris_17juin22
Carte de l’ozone dans la région parisienne IDF au 17 juin 2022. // Source : AirParif

L’association précise également, dans un bulletin, que le seuil d’information sera dépassé le 17 juin en région parisienne, pendant au moins une heure. Ce seuil correspond à « un niveau de concentration de polluants dans l’atmosphère au-delà duquel une exposition de courte durée présente un risque pour la santé humaine », notamment pour les populations qui y sont particulièrement sensibles.

La situation de pollution à l’ozone ne concerne pas seulement Paris, mais plusieurs villes de France, comme le montre la carte d’Atmo France actuellement.

indice_atmo_17juin2022
Carte du 17 juin 2022. // Source : Atmo

Les recommandations face à la pollution ozone

Le bulletin d’AirParif dresse une série de recommandations pour les personnes vulnérables (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans ou souffrant de pathologies cardio-vasculaires, personnes asthmatiques), mais aussi pour la population générale.

Pour les personnes vulnérables :

  • en cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d’un professionnel de santé ;
  • privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
  • prenez conseil auprès de votre médecin pour savoir si votre traitement médical doit être adapté le cas échéant ;
  • évitez les sorties durant l’après-midi lorsque l’ensoleillement est maximum ;
  • évitez les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) en plein air ; celles peu intenses à l’intérieur peuvent être maintenues

Mais AirParif livre également des conseils pour la population générale :

  • en cas de gêne respiratoire ou cardiaque, prenez conseil auprès d’un professionnel de santé ;
  • privilégiez des sorties plus brèves et celles qui demandent le moins d’effort ;
  • les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) à l’intérieur peuvent être maintenues.